Une autre raison

Une autre raison est responsable du manque de moyens de vivre des masses "appauvries", c’est la demande incessante de toutes sortes, des organismes financiers. Ils quémandent sans cesse de l’argent aux masses par tout moyen possible et imaginable. Celui qui a dit ! "L’argent n’a pas d’odeur" devait avoir le nez bouché, car il y en a pourtant, qui par leur flaire infaillible savent le renifler. S'il n’en était pas ainsi, qu'on nous explique les causes de la situation actuelle ?

Qu'on nous explique pourquoi ces dizaines de milliards ou ces centaines de milliards, qui volent au-dessus de nos têtes, sont au sommet de cette pyramide inversée ? La cause en est que des décisions ont été prises par des gens qui étaient incapable de prévoir le résultat de leurs erreurs. Pourquoi une telle erreur ? Pour soi-disant combattre l'inflation, on n'a pas trouvé mieux que d'inciter les masses à placer leur argent dans les organismes financiers. Ces organismes financiers qui se sont multipliés à vitesse grand (V). Maintenant on ne sait plus comment faire pour inverser cette erreur. Avec les masses, quand on leur fait prendre une "direction" ils ne cherchent pas à comprendre le pourquoi de la chose. Ils marchent, ils suivent comme un cochon suivrait sa mère. Ils ne se posent pas assez de questions, et quand on leur demande de faire marche arrière ils ne comprennent pas plus. C'est ce qui fait la force de tous ces incapables que l'on entend à longueur de journée. Il faudrait maintenant faire demi-tour, mais le mouvement d'inertie que pourrait créer ce demi-tour risquerait d'être catastrophique pour les responsables en places, c’est pour cela qu’il vaut mieux continuer à véhiculer ces messages mensongers de publicités commerciales et boursières. Ces inepties, qui créent ces causes principales du manque de synchronisation dans les échanges des nécessités de chacun.

Qui paie ces milliards de publicités ? Ce sont les consommateurs, qui ont le plus besoin de vivre qui en sont les plus grandes victimes. Il serait temps que les responsables de ces situations réagissent ou que les dirigeants de nos Pays dit riches fassent par des mesures concrètes que ces situations ne s'amplifient pas, sinon mai 68 à coté de ce qui peut se produire ne sera que de "la roupie de sansonnet". Il faut mettre fin à tous ces excès. Il faut aussi laisser les bas revenus utiliser leur revenu pour vivre, et non laisser tous ces charlatans nous solliciter à longueur de journée. Ils nous demandent trop souvent de placer le peu que nous avons dans toutes ces sortes de placements qui ne sont que des tapes à l’œil. Comme si de nos jours nous avions besoin de penser à nos vieux jours à ce point. Les L.E.P. (livret d'épargne populaire) n'auraient jamais dû voir le jour. Les responsables de la création de ce plan ont fait croire à ces masses qu'elles seraient plus riches en plaçant leur argent sur ces livrets, c'est tout le contraire qui s'est produit. Nous en voyons le résultat aujourd'hui ! Je n'invente rien les faits sont là... Tous ces mensonges pour attirer ces sommes d'argent énormes ne sont que des slogans d’organismes financiers, et de responsables politiques. Les jeunes se sont lancés à fond dans ces leurres, alors que, c’est quand nous sommes jeunes que nous avons besoin de tous nos moyens financiers pour vivre. Pourtant les appels continuent à être lancés.

Une autre demande de fond est en phase de devenir réalité, se sont les prélèvements pour les fonds de retraite. C’est encore un prélèvement supplémentaire, donc une diminution du pouvoir d’achat sur les revenus des salariés. Quelle sera la somme qui reviendra au retraité, après avoir "cotisé" pendant des années, et même des dizaines d'années. Qui aura profité le plus de ces milliards collectés par les organismes financiers, et par les grandes sociétés commerciales. À mon âge maintenant je sais que je n’en connaîtrai pas le résultat, mais je peux l’imaginer d’avance, et en prévoir les plus grands désastres.

Il est dit de temps en temps de la part de certains responsables, des paroles qui pourraient nous donner espoir que des améliorations dans les développements des grandes exploitations des masses seraient freinées. Il semblerait que nos grands décideurs pour une fois, pensent mettre un frein à certains de ces développements, incontrôlés des grandes surfaces commerciales, qui ruinent les sociétés que nous sommes, par la disparition progressive et rapide des petits commerces, mais je me méfie de ces décisions qui vont encore une fois être détournés par ces exploiteurs en tout genre. Ils ont une facilité démoniaque pour détourner ces lois mal définies par nos législateurs. Si ces grandes surfaces commerciales et financières ne peuvent se développer ils fusionneront, et les résultats en seront encore plus dévastateurs. Je ne joue pas les devins, mais ces résultats sont dans la logique des exploiteurs en tout genre.

Les gens qui ont peu, n’ont pas encore compris que ces grandes surfaces commerciales n’ont qu’un seul but, nous faire venir et nous faire acheter, et bien souvent plus que la plupart d’entre nous n’ont besoin, d'où beaucoup de gaspillages. Surtout par le fait que la plupart des produits que nous achetons dans ces grandes surfaces, sont le plus souvent des produits de qualité médiocre, ce qui fait que nous devons les renouveler plus souvent, et c'est un bon moyen pour faire marcher le commerce. C’est peut-être de là que viennent ces deux mots, société de consommation, alors que si nous effectuons les achats nécessaires, et de meilleure qualité, il est vrai qu’il y aurait beaucoup moins de gaspillages. Il faut voir le pain qui est jeté chaque jour dans les poubelles des immeubles. Il est peut-être vrai que ce pain jeté, est acheté dans ces grandes surfaces, et que le lendemain matin ce pain est tellement peu appétissant qu’il ne reste plus qu’à le jeter.

J’habite à la campagne, et je prends mon pain chez mon boulanger, je le paie un peu plus cher que dans les grandes surfaces, mais au moins, c'est du très bon pain. Ce pain reste frais plus longtemps que le pain des grandes surfaces, d’où une économie par rapport au pain industriel. Je ne jette jamais de pain. Il est vrai que j’ai tellement manqué de pain pendant mon enfance que j’en connais le prix. J’ajoute que le pain fabriqué industriellement est dégueulasse, et ceux qui le font fabriquer n’en mangent jamais.

Retour....