Troisième lettre à Mitterand

Monsieur

Le 15- 05-91

Je viens de terminer la lecture du livre de Catherine Nay (le rouge et le noir). Ce que j'y ai lu, ne fait que confirmer ce que je pensais, ce que je savais de vous, avec un peu plus quand même, je ne savais pas tout. Ce qui a fait que dans les lettres précédentes que je vous ai envoyées, je n'écrivais qu'en fonction de ce que je ressentais envers vous. De plus je ne suis pas d'un naturel agressif, mes répliques sont plutôt un ton plus bas que ce que je devrais normalement dire ou faire. Mais cette fois je vais vous dire ce que vous êtes vraiment, et vous devrez, quand vous aurez lu ma lettre, vous dire que je suis encore un ton au-dessous de ce que vous aurez lu.

D’abords je peux vous dire que pour un chrétien, vous avez tous les défauts que cette religion interdit d'avoir, ce qui fait qu’ayant tous ces défauts vous n'avez pas le droit d’être chrétien, dans le sens ou je le comprends. Vous avez tous les défauts qui se terminent en E.U.X c'est à dire, orgueilleux, vaniteux, prétentieux, ambitieux et j'en passe, plus le mépris des autres. Tous ces défauts sont incompatibles avec la fonction que vous occupez. Un Président de république ne devrait avoir aucun de ces défauts, car tous ces défauts cumulés en un seul homme ne peuvent que le conduire à avoir des actions que pour lui même et tous ceux qui le soutiennent. Tous ceux qui vous soutiennent ont les mêmes défauts, puisque, " qui se ressemble s'assemble ". Vous ne pouvez nier le contraire.

Avant les élections Présidentielles de 1988, une journaliste (Patricia Charnelet ) a interrogé les femmes des trois candidats à la Présidence de la République. Ces trois femmes étaient, Madame Chirac, Madame Barre et votre épouse. J'ai regardé et écouté cet entretien avec attention. Les questions posées ont été sensiblement les mêmes aux trois femmes, et une des questions m'a laissé plutôt songeur. Qui était... votre mari a-t-il des défauts. Les réponses de Mesdames Barre et Chirac ont été normale, c'est que tout le monde a des défauts, plus ou moins important mais, tout le monde a des défauts. Je ne pense pas qu'en ce domaine il y a exception, surtout pas en ce qui vous concerne, hé bien si ! Pour votre femme vous n'avez pas de défauts, et je la comprends. Si elle ne voit en vous aucun défaut c'est qu’elle vous ressemble, qu’elle a les mêmes défauts que vous, et qu’elle ne voit pas la différence. Tout comme si nous montrions à son miroir un ensemble de couleurs, le miroir renvoie les mêmes couleurs. Pas de différences pas de défauts (qui se ressemble s’assemble). Tous ces défauts que vous cumulez vous ont conduit là ou vous ne devriez pas être. Vous avez combattu des gens qui valaient beaucoup plus que vous, parce qu'ils n’avaient pas ces défauts. Vous les avez battus parce qu'ils étaient honnêtes, oui je dis bien honnête. Je suis sûr que la majorité des Français ne croiront jamais que le Général de Gaulle était malhonnête, c'est pourtant en faisant croire aux Français que sa politique cachait de la malhonnêteté à venir que vous avez réussi à le faire partir. Je n'entrerai pas dans le détail de tout ce que vous avez pu dire et insinuer sur cet homme droit et honnête, dans tout ce qu'il entreprenait. (Toutes les archives qui existent à ce sujet pourraient le prouver). A votre place je n'oserais pas me regarder dans un miroir, et peut-être ne le faite vous pas. Il est peut-être des miroirs qui malgré leur fidélité à refléter l'image qu'on leur présente, vous pourriez avec le recul y trouver une différence, mais j'en doute, ce n'est pas votre genre.

Le Général de Gaulle n'est pas le seul homme que vous avez abaissé dans l'opinion publique par votre mépris, votre haine, votre orgueil. Ces sentiments vous portaient à considérer comme adversaire tous ceux qui étaient plus grand que vous, non seulement en raison de leur taille, mais surtout par leurs valeurs humaines. Il vous fallait les abattre par tous les moyens, et vous avez réussi. Si encore le fait d'abattre tous ces gens avait été dans le but de faire mieux, de savoir faire mieux, être capable de faire mieux qu'eux, vous pourriez un jour en être pardonné, mais ce n'est pas le cas. Les historiens qui écrivent l'histoire, prouveront qu'un combat quel qu'il soit ne profite jamais à celui qui en truque les règles afin d'en modifier l'issue à son profit.

Avec Monsieur Pompidou votre comportement a été le même. C’était encore un homme qui blessait involontairement votre Orgueil et ralentissait vos ambitions. C’était aussi un homme comme le Général de Gaulle qui était faible devant vos attaques, vos insinuations, votre mépris.

Tout comme Monsieur Giscard d'Estaing, vous seul devriez savoir toutes les critiques que vous avez pu dire contre leurs politiques. Pourtant, ces trois Hommes qui se sont succédé à la Présidence de la République ont réalisé de grandes choses sur ce qu'il y avait à remettre en état après la dernière guerre. Choses que vous et vos semblables aviez passé douze années de batailles politiques à ne rien réaliser, tellement vous avez passé votre temps à vous battre pour le pouvoir. Encore une fois, à votre place, je rougirais de honte, mais pour rougir de honte encore faut-il avoir en soit ce sentiment d'humilité que vous n'avez pas. La majorité des Français ne croiront jamais que ces trois Hommes étaient malhonnêtes. C'est leur honnêteté envers le peuple qui les a perdus face à votre Orgueil. Maintenant que je vous replace devant les méthodes que vous avez utilisées pour être là ou vous êtes, pouvez vous affirmer avec la même force que vous avez critiquée, que vous avez fait mieux qu'eux. Hé bien moi d'avance, je vous dis non ! Et je vais vous le prouver. Vous avez fait réaliser des constructions inutiles pour la majorité des Français, sauf toujours pour votre Orgueil, tel d'une part, l'opéra de la bastille. Vous auriez mieux fait de consacrer cette somme énorme à moderniser tous les L.E.P de France qui continue à former des jeunes avec des moyens dépassés. Qui font que tous ces jeunes arrivent sur le marché du travail sans aucune connaissance qui pourrait les mettre dans la situation d'aptitude professionnelle réel pour la demande de nos entreprises. Résultat, une grande partie ne trouve pas de travail et se retrouvent chômeurs.

En neuf années de Présidence de la République, à votre place, je ne serais pas fier, mais vous êtes toujours fier, cela se voit. Au lieu de faire construire une verrière dans la cour du Louvre et laisser Buren planter ses asperges, vous auriez mieux fait de consacrer ces sommes d'argent énormes, encore une fois, à moderniser nos Universités, afin que nos universitaires aient tous un siège pour s’asseoir et une table pour poser leurs cahiers. N'avez-vous pas été le principal entraîneur en 68 des étudiants pour justement que tous les jeunes puissent entrer à l'université. Ors en ce moment ce n'est pas le cas, puisqu'un universitaire sur deux n'a pas de place. Là encore votre Orgueil est passé avant les nécessités du peuple. Pourtant, vu toutes vos promesses, neuf années de Présidence de la République auraient suffit à combler ces lacunes.

Et vos voyages, combien de voyages inutiles pour la France avez-vous fait en neuf années. Vous qui avez taxé Monsieur Giscard d'Estaing de petit télégraphiste, vos voyages ne se comptent plus. Il serait bon de pouvoir chiffrer toutes ces dépenses. Cela doit faire encore une somme énorme à ajouter à toutes les autres sommes qui auraient pu servir à diminuer le nombre de pauvres dans notre Pays. Hélas ! Le nombre de ces pauvres augmente toujours, mais cela ne vous intéresse pas contrairement à vos paroles, toujours votre Orgueil. Si l'on a beaucoup écrit sur les voyages de Gulliver, nous parlerons et écrirons peut-être un jour des voyages de Mitterrand, qui se transformerons en voyages du Mythe Errant. Votre comédie du Panthéon ne vous y conduira pas, c'est un endroit qui est réservé aux Grands Hommes de France qui ont réalisé de grandes choses, ce n'est pas votre cas. Ce n'est pas un endroit pour les Orgueilleux. Si je parle tellement de ce défaut qu’est l’orgueil, c’est que ce défaut crée énormément de malheurs partout dans le monde et dans notre Pays.

Regardons sur nos routes, l’orgueil au volant, tue dix à douze mille personnes par an, blesse trois cent cinquante mille personnes, et rend infirme à vie soixante mille personnes en France. Oui tous ces malheurs sont le résultat de l’orgueil. Dans le monde, les Pays dits sous développés sont soumis aux mêmes règles. Les chefs d'état de tous ces Pays sont dominés par l’orgueil. Ils vivent dans des palais de marbre, alors que les peuples sont affamés, et beaucoup en meurent chaque jour. Il Y a des gens qui essaient de soulager toutes ces misères issues de l’orgueil d’hommes comme vous. Ces gens sont, sœur Térésa, sœur Emmanuelle, médecins sans frontière, et beaucoup d’autres que je ne connais pas, mais dont le mérite égal en positif, le négatif causé par tous ces orgueilleux, sans jamais malheureusement pouvoir le dépasser. Ce mérite, qui permettrait de chasser tous ces orgueilleux de tous les pouvoirs qu’ils occupent. Tous ces orgueilleux s’aident entre eux lorsqu’ils sont chassés par les peuples. La preuve en est chez nous, puisque l’un d’entre eux coule des jours paisibles avec l’argent amassé sur le dos de son peuple. Il est chez nous depuis déjà plusieurs années, je citerais Duvalier dit Beby doc. Il y a aussi ceux qui écrivent des livres pour essayer d’alerter l’opinion publique.

Il est un livre que tous les Français devrais lire c’est, ( le noir et le rouge) de Catherine Nay, et surtout les Français qui ont lu au moins un de vos livres. Parce que

" Qui n’entend qu’un son n’entend qu’une cloche "

et le livre de Catherine Nay vous montre tel que vous êtes. Vous qui aimez que l’on écrive sur vous, je peux vous dire que ce livre ne servira pas votre postérité, mais bien sûr vous vous en moquez. Pour un bourgeois Chrétien, antisocialiste et encore plus anticommuniste, qui a réussi à devenir chef du parti socialiste et à s’associer avec le communisme. Cette transformation de mœurs ne peut pas être le fait d’un Chrétien, qui a compris les autres afin de mieux les guider sur la bonne voie. Surtout lorsqu’on sait maintenant les désastres causés dans les populations par le communisme. Staline était un idéologue habité par l’orgueil, je ne les nommerai pas tous. Le monde a trop d'orgueilleux dans ses flans. L’orgueil est un défaut que tout Homme peut se guérir, ce n’est pas une maladie. Il vous reste encore cinq années de Présidence à la tête de notre pays.

Retour....