Religion

J’ai déjà esquissé quelques réflexions sur la religion, et je voudrais en dire un peu plus sur ce que je ressens envers les religions en général. Ce que je vais expliquer maintenant parle d'un sujet que l'on considère comme "tabou", et sur lequel il ne faudrait rien dire, rien écrire, surtout pas dans le sens que je vais l’écrire.

Pourtant il y a beaucoup de choses à dire, il faudrait en parler beaucoup, il est inévitable que cela viendra un jour. Ayant ces réflexions dans ma tête depuis longtemps je me dois de m'exprimer sur ce sujet, pourtant il n’est pas facile de parler de ce sujet à son entourage tellement il est encré dans les esprits. Je dirais même, qu’il est génétiquement encré dans les esprits. La faute est bien sûre, due au fait des répétitions envers les générations qui existent depuis tant de siècles. J’ajouterais depuis tant de millénaire compte tenu des innombrables figures qui ont été utilisées pour configurer ce que j’appelle la bêtise humaine. Je souhaiterais, que ce que j’écris soit lu par un Monsieur, entre autres, qui parle souvent sur les religions. D’après les personnes avec qui il converse, il me donne à penser d'être très croyant. Ce Monsieur c’est François Foucard, pour son émission le carrefour des religions le dimanche matin à huit heures vingt sur Radio-France, que j’ai écouté quelques fois. Non pas parce que je suis intéressé par ce qu’il dit de bon dans ses émissions, mais surtout par ce qu’il dit de faux. Par les mensonges qu’il prononce concernant les "réalités" de la religion. Je ne peux pas croire qu’il croit aux paroles qu’il prononce dans ces émissions concernant les religions. J’ajoute que j’écrirai souvent le nom de dieu, et que je l’écrirai sans majuscule. Car pour moi, et vous le constaterez dans les lignes qui suivent, que dieu n’existant pas je ne vois pas l’utilité d’une majuscule.

J’entendais il y a peu de temps sur France inter M. Foucard qui répondait à un auditeur sur une question concernant les croyances. Cet auditeur laissait entendre qu’il était non croyant, et M. Foucard a répondu que la croyance était fondée, puisqu'en France il y avait 66% de croyants, et que ces croyants ne pouvaient pas être considérés comme 66% d’imbéciles.

Hé bien moi je dis, que ces 66% de croyants sont 66% d’imbéciles. Il n’y a que l’imbécillité, la bêtise, l’incommensurable bêtise humaine qui peut les maintenir dans la croyance de ces mensonges qu’est l’enseignement de la religion quel qu'il soit. S'il y a 66% de croyants, il faudrait aussi tenir compte des 34% de non croyant et j'en fais partie. Ces 34% de non croyant devraient avoir le droit aussi de donner leur avis de temps en temps. Ces 34% de non croyants n’ont pas non plus, à être considérés plus imbéciles que les croyant, et ceux qui parlent tant de démocratie feraient bien de l'admettre. J'existe, nous existons, ils existent ceux qui ne croient pas à ces mensonges, pourtant nous sommes refusés dans toutes discutions, qui pourraient amener un peu de lumière dans ces croyances dites "lumineuses", alors qu’à mon avis elles sont plutôt "ténébreuses".

J’ai voulu il y a peu de temps expliquer à mes petits enfants mon sentiment au sujet des croyances des religions. Mes petits enfants sont âgés de dix et douze ans, ils n’ont jamais été baptisés. Mon fils qui en est le père vient depuis peu de se remarier, et la belle-mère veut que mes deux petits enfants soient baptisés et fassent leur communion. Alors devant cette volonté de son épouse, mon fils s’est laissé fléchir bien qu’il sache mes opinions sur le mensonge de la religion, et je ne peux non plus aller contre la volonté de mon fils. Il y a peu de temps je parlais de la religion avec mes deux petits enfants, qui apprennent le nécessaire pour être baptisés et faire leur communion, la discussion était amicale, et je donnais sans "violence" mes opinions. Quand une question de mon petit-fils de douze ans qui était : grand-père est-ce que tu crois en dieu ! J’ai bien sûr répondu non. Alors depuis, je suis un peu déçu et je me sens un peu seul, car la discussion s’est arrêtée net. Pourtant je ne peux pas mentir et dire à mes petits enfants que je crois en la religion. Mon mensonge serait à mes yeux encore plus fort que celui que j’entends de la bouche de ceux qui crient tous les jours de croire en dieu, alors que je suis persuadé que la plupart sait que c’est un mensonge. Je ne peux pas croire que des êtres humains comme ceux qui tiennent le haut du pavé dans les religions, comme le pape ou comme tous les autres, je ne peux pas croire qu’ils croient à ce qu’ils enseignent. Mais j’aurai l’occasion d’en reparler.

suite....