Notre mise au monde

Je voudrais aussi parler d'une idée qui me turlupine depuis des années. Ce n'est qu'une idée, qui en fera peut-être rire certains, mais je me dois de la faire connaître, même si cette idée est ridicule, ce ridicule ne tuant pas je ne risque rien.

Il s'agit de la mise au monde de l'être humain. Je pense que dans la plupart des cas, une erreur est commise dans la manipulation du petit de l'homme, à sa naissance. Je n'ai jamais assisté à la naissance d'un bébé, mais ce que j'ai pu en voir en image dans les moyens mis à notre disposition de nos jours, me suffit pour me renforcer dans mon idée.

Si on regarde la position du bébé dans le ventre de sa mère, ce bébé est toujours situé en dessous de la pompe, le coeur de la maman qui "l'alimente". Cette "alimentation", compte tenu de l'apesanteur ne peut souffrir d'alternative, sauf si la maman pratique certains exercices, qui consisterait à faire les pieds aux murs, mais je ne pense pas que ce genre de mère soient très nombreuses, donc j'écarte cette possibilité. Mais voilà la naissance, et la manipulation du bébé. La partie la plus fragile du bébé c'est le cerveau, et la partie du bébé la plus importante à irriguer est donc le cerveau.

D'après les images que j'ai vues, il me semble que ce bébé qui arrive dans la "vie", est plutôt maltraité. Quand je pense à son petit coeur, qui jusqu'à ce moment a battu sans effort, en raison de sa position avant de naître, et encore plus dans les derniers moments, surtout s'il se présente normalement, il a la tête en bas. Donc toujours en fonction de l'apesanteur, et même si son petit coeur qui bat en "complément" de celui de sa maman, fait que le cerveau est toujours la partie de lui-même la mieux irriguée. Ors d'après ce que j'en ai vu, il me semble que ce bébé est manipulé d'une façon qu'il ne devrait pas. On le sépare trop vite du lien de sa maman. On n'est trop pressé d'en finir, il faut faire vite, d’autres femmes attendent derrière la porte, alors on coupe le cordon avant même de regarder si ce cordon est toujours en fonction. On prend le bébé dans ces mains, on le montre, on le lave, on ne lui laisse pas le temps de se reposer suite aux souffrances qu'il vient de subir, et à l'effort énorme qu'il vient de fournir. Ce qui fait que son petit coeur, qui est coupé du cordon ombilical, donc du lien qui l’a fait vivre jusqu’à cet instant, se trouve à devoir fournir un effort considérable, pour continuer à irriguer son cerveau, qui pour tout être, est la partie de cet ensemble qui compte le plus.

Je pense que ce bébé qui arrive dans la vie devrait rester le maximum de temps dans la position au moins horizontale, alors qu’il est dans un premier temps plus ou moins prolongé, vers la verticale. Compte tenu de l'apesanteur, la pression du sang dans le cerveau diminue. Si l’on tient compte de la taille microscopique des vaisseaux sanguins du cerveau, c’est une éventualité qui ne devrait pas être négligée. De ce manque de précaution, à son arrivée dans la vie, il peut en déterminer une atrophie du cerveau irréversible plus ou moins importante, et cela en fonction du temps plus ou moins prolongé de la position verticale du bébé. À ce moment aussi, son cerveau étant plus haut que la pompe d'alimentation, son petit coeur doit peiner terriblement. J'irais même jusqu'à penser que tous ces enfants que l'on découvre avec un souffle au coeur, est peut-être dû à l'effort qu'il doit fournir à son entrée dans la vie.

Je prendrais pour preuve ou comparaison, en interrogeant tous ceux qui dans la vie professionnelle ou occasionnellement, ont travaillé dans une position qui les obligent à avoir les bras en l'air, avec ou sans outils dans les mains. Toutes ces personnes seront d'accord avec moi pour dire que les bras se fatiguent très vite, justement par manque d'irrigation dans les veines du bras. Les doigts s'engourdissent très vite, nous devons de temps en temps laisser retomber nos bras pour retrouver une utilisation normale de nos membres supérieurs.

C'est sur ces anomalies de ces situations que je base mon raisonnement. Il vaut l'importance que ceux qui liront cette réflexion lui donneront, et il serait peut-être bon d'y réfléchir. Si j'avais pensé à cela un peu plus tôt, je veux dire avant la naissance de nos cinq enfants, j'aurais certainement fait en sorte de surveiller leur arrivée dans la vie, mais cette idée m'est venue trop tard. En plus nous n’avons eu que des garçons, ce qui fait qu'il m'était impossible de faire entrer mes idées dans la tête d'une femme. J'ai bien 4 petits enfants à qui j'avais parlé de mon idée aux futures mamans, sans bien sûr soulever un grand enthousiasme, si bien que mon idée est toujours dans ma tête. J'aurais bien voulu assister à la naissance d'enfants, pour justifier de ce que j'avance, mais comment moi, pauvre ère, dans ma situation, j'aurais été considéré si j'avais osé demander d'assister à un accouchement, pour en étudier le fonctionnement. Je me serais fait virer comme un malpropre. Quant à mon épouse, je l'ai plusieurs fois questionnée à ce sujet, mais elle n'a jamais fait attention à la manipulation de nos enfants au moment de leur entrée dans la vie. À mon époque les papas n'étaient pas autorisés à assister aux accouchements de leur épouse.

Alors est-ce une erreur humaine ou une idée idiote de ma part, les deux sont possible. Est-ce une erreur de plus du comportement de l'être humain, comme beaucoup, dont l'être humain a l'habitude, comme celle dont j'ai été victime d'être né gaucher, et que les gauchers ont été pendant longtemps considérés comme des tarés. Suis-je vraiment taré ? Dans l’enseignement catholique il était dit d’un droitier qu’il utilisait la main de dieu, alors qu’un gaucher utilisait la main du diable. C’est avec des affirmations pareilles que l'on trouble les esprits de notre espèce depuis des siècles. Tout comme ces humains qui ne voulaient pas croire en l'église et que l'on a considéré comme des hérétiques, pour les faires disparaître dans des souffrances qui me soulèvent le coeur. Ce mot hérétique, a été inventé comme beaucoup d’autres mots qui ne veulent pas dire grande chose, sauf pour ceux qui les inventent, et qui s’en servent pour arriver à leurs fins. Ce qui a permis, qui permet, et qui permettra encore longtemps à tous ceux qui s’imaginent que le monde leur appartient, de pratiquer d'autres persécutions du même genre. Pour s’en rendre compte, il suffit de se retourner sur notre passé et de regarder notre présent.

Si mon idée concernant la mise au monde de notre espèce, vaut que l'on y réfléchisse, il faut le faire, sinon on l'oublie. Elle ressortira peut-être un jour lointain, quand je ne serai plus là, ce qui ne saurait tarder, car je suis déjà dans ma soixante-sixième année. L'être humain étant un fruit qui mûrit très lentement et dépérit très vite. Je pense aussi que la formation du cerveau plus ou moins "réussie" de l'enfant est fonction du comportement "psychologique" de la mère, et aussi de son alimentation pendant sa gestation. Cette maman qui porte un bébé devra un jour être suivie de (A) jusqu'à (Z), avec beaucoup plus d'attention que maintenant, si on veut diminuer le nombre d'être humains dont nos sociétés actuelles sont "fourbie", et qui ont beaucoup pour origine ces anomalies de manipulations à notre naissance.

Un accouchement ne devrait être pratiqué que par une "sage femme", et une "sage femme" qui a déjà accouché elle-même. Il faut bannir les médecins hommes "accoucheur" qui ne peuvent savoir ce que peut ressentir une femme qui accouche. On devrait même préparer le père à cet accouchement, au lieu de le considérer comme un spectateur. Il pourrait caresser son enfant qui se détendrait sur le ventre de sa mère, en reprenant son souffle, tout le temps que le cordon qui le relie à sa mère est encore en fonction. Il y aurait peut-être moins de claustrophobe et autres anomalies que nous constatons chez les êtres humains, dont comme je l'ai dit, notre espèce en est abondamment "fourbie".

Nous ne sommes pas des gnous ou des zèbres, ni de ces espèces qui se mettent debout dans l'heure qui suit, et qui marchent normalement après quelques heures. Il nous faut une année en générale pour marcher, pourquoi aller si vite quand nous arrivons dans la vie. Il faut 25 ans pour faire un adulte et nous sommes les plus lents à devenir "adulte" de toutes les espèces que porte notre planète. Si nous prenions plus de soins quand nous arrivons dans ce monde il y aurait moins "d'anomalies" dans notre espèce. Ce n'est pas un reproche, ce n'est pas non plus une image, c'est une constatation. Je fais partie du nombre de ces "fourbis", et je pense qu'il y a beaucoup de réflexions à se faire dans ce domaine. Nos grands chercheurs ne veulent pas approfondir ces anomalies et pour cause. Soit ils ne le savent pas, soit ils ne veulent pas que nous le sachions.

Je me pose une question, si cela était voulu ? Soit par bêtise ou maintenu par intérêt, par ceux qui pensent qu’il est peut-être préférable d’avoir des masses totalement soumises, alors pourquoi prendre soins de leur arrivée dans la vie. Pourquoi en prendre soin puisque s’ils étaient trop dégourdis ils ne seraient pas suffisamment "maniables", pourvu qu’une "poignée" de notre espèce plane au-dessus de la masse cela est bien suffisant. Ma réflexion ne doit pas être si idiote que cela, puisqu'on se rend compte d'après les noms de ceux qui sont toujours sur le devant de la scène, que ce sont des noms pour la plupart que l’on retrouve dans notre histoire des siècles passés. La naissance, la mise au monde de l'être humain devrait être si l’on veut à l’avenir que notre espèce évolue dans le bon sens, la priorité fondamentale.

Quand on nous montre des images de nos amis les animaux dits "sauvages" on remarque la facilité, la beauté de la mise au monde de leurs descendances. En ce qui concerne notre espèce il en va tout autrement. Il faut voir comment avant et pendant la grossesse d’une femme tout ce qui se fait comme préparation "abusive".

Retour....