Notre conditionnement...

Il est facile de constater, que chacun de nous est conditionné d’une part, de ce qu’il est à sa naissance. Il faut savoir qu’à notre naissance notre fonctionnalité est "programmée". Il est donc difficile pour notre entourage de modifier cette programmation. Pourtant, beaucoup de membres de notre espèce subissent des modifications de leur personnalité au cours de leur vie. Si vous n'avez pas lu mon (Autobiographie) , lisez là. Vous devez admettre que j'en suis un exemple frappant. Ces modifications imposées ne sont pas sans risque pour l'individu. Il faut se dire que chacun de nous est un point d’interrogation, concernant sa conscience, sa condition, et l’influence perforante, et persistante de son environnement.

Ils y à ses proches d’une part, qui essaient de le conditionner en fonction de leur conditionnement. C’est toujours cet exemple de vie que chacun veut transmettre à sa descendance, et parfois aussi paradoxalement, éviter de transmettre, à sa descendance, ce qu’il a dû suivre ou subir dans sa vie, s’il sait que cela ne lui a pas servi. Il arrive aussi parfois de vouloir imposer à sa descendance l’identique de sa vie. Autrement dit, j’ai subi, tu subiras ! J’ai cru, tu croiras. Toutes ces impositions forme et transforme la personnalité en générale d’un être quel qu’il soit. Au fur à mesure de sa croissance, au fur et à mesure qu’il pénètre à "l’extérieure", il rencontre diverses directions de point de vue. Ces directions sont multiples, autant multiples que nous sommes nombreux sur la planète. Si actuellement nous sommes 5 milliards sur notre planète, il y a 5 milliards de points de vue différents. Autrement dit, celui d’entre nous, qui n’a pas cette faculté d’analyser chaque point de vue qu’il rencontre, il est irrémédiablement perdu. Mais il n’est pas perdu pour tout le monde. Il y a dans la multitude de ces points de vue, des convergences caractérisés par un point de vue plus développé que d’autres. Ces points de vue attirent vers eux de gré ou de force, (parfois de force) ces convergences plus faibles.

Ces convergences plus forte, qui sont de différentes natures, et qui se transforment souvent en de multiples divergences. Je peux préciser, pour n’en citer que quelques une, et dans n’importe quel ordre. Je peux citer la politique, qui est composés de partis comme chacun le sait, surtout depuis en ce qui concerne notre Pays la révolution de 1789. Il y a d’autres convergences, et ce ne sont pas les moindres, il faut citer les religions, ce sont les points d’attirances les plus néfastes depuis l’évolution de notre espèce.

(voir dans le menu "religions")

Il y a aussi les syndicats, qui sont dans une mesure plus ou moins importante des convergences politiques. N’en déplaisent à ces dirigeants de syndicats. Si j’entendais ce syndicat C.G.T. dire qu’il n’est pas un syndicat politique, je dirais que c’est un mensonge, ainsi que presque tous les autres. Car si je regarde actuellement le moment ou j'écris ces lignes septembre 1995. Quand je vois tous ces syndicats d’accord pour faire une grève, contre une décision du pouvoir politique de geler les salaires dans la fonction publique. Je vois que cette décision de grève est une décision politique. Je dirais même politicienne. Surtout quand je vois le motif de cette grève, dont le prétexte est le gel des salaires. Il est facile de voir que ce gel des salaires ne va pas réduire le pouvoir d’achat des fonctionnaires de la même importance qu’ils (les salaires) ont été réduits pendant les 14 années du Mitterrandisme. Pourtant ces syndicats d’accord actuellement, l’étaient aussi dans les années Mitterrandiennes, mais dans l’autre sens. Les réductions du pouvoir d’achat pendant ces années "Mitterrandiennes" ont été beaucoup plus importantes que celles d’aujourd’hui. Mais ces syndicats politiciens sont avant tout contre ce pouvoir qu’ils appellent de droite. Et pour justifier leurs raisons, ils mentent, ils inventent, ils mentent comme tous ces gens savent mentir.

Je vais Justement parler du mensonge. Pourquoi le mensonge est-il la principale motivation de ces dirigeants de convergences, qui entraînent derrière eux des nombres plus ou moins importants d’individus, comme si ces mouvements de masses étaient attirés dans une spirale, je dirais plutôt, comme dans le sillage d’une comète. Tous ces meneurs de mouvements se prennent pour des comètes. Ils s’imaginent le noyau de la comète, et le nombre des individus qui les suivent pour la queue de la comète. Alors ils ne se sentent plus ! Et pour maintenir cette impression de puissance sur ceux qui les suivent, ils en viennent à dire plus de mensonge que de vérité. Alors cette "étoile filante" si l’on peut dire devient le plus souvent un réservoir de mensonge. Si une étoile filante est émouvante à regarder, il en est tout autrement de ces meneurs en tout genre. Plus ces "étoiles filantes" sont nombreuses, plus ils doivent mentir, et plus ils doivent dire de mensonges, tous plus énorme les uns que les autres. Si cela n'était pas comme je le dis, comment expliquer les situations désastreuses de nos sociétés dites moderne.

Tous ces mensonges détruisent l’harmonie qui devrait exister entre nous les êtres humains. Nous avons tellement de possibilités de nous entendre pour réaliser cette harmonie, quelles nous seraient des plus utiles. Mais ce qui nous détruit le plus c’est le mensonge, et plus il est gros plus il dure. Je disais qu’il y a autant de point de vue sur une chose, qu’il y a d’individus sur notre terre, mais pourquoi le mensonge l’emporte-t-il trop souvent pour combattre un point de vue, pour imposer un point de vue. Depuis le début de la civilisation, l’évolution de l'être humain, a été plus ralentie par le mensonge et tous les défauts de l’homme, dont le plus important est l’orgueil. Puisque cet orgueil englobe tous les autres défauts, aux dépends de l'humilité. L'humilité de l’homme est trop faible par rapport à ces défauts. La plus belle qualité de l’homme devrait être l’humilité. Il serait souhaitable que l’humilité chez l’homme devienne le principal sentiment. Trop de malheurs ont frappé l’espèce humaine à cause de l’absence de ce sentiment qu’est l’humilité.

Retour....