Nos maux de têtes

Nos maux de têtes, d'où viennent-ils ? Je pense connaître les raisons pourquoi nous avons mal dans la tête. Je suis sûr, que depuis que nous avons pris la forme que nous avons, c'est-à-dire depuis que nous marchons debout, l'être "humain" a toujours eu mal dans la tête. Ces maux de têtes dureront encore très longtemps, et ils dureront tout le temps que notre espèce sera encore en "période" d’évolution.  

Pour comprendre ce que je veux dire il suffit de nous regarder comme nous sommes maintenant. En nous regardant, notre morphologie nous en donne l'explication. Si on regarde ce que nous connaissons sur nous-mêmes et nos ancêtres, il n'est pas besoin d'avoir fait des années d'études pour comprendre pourquoi nous avons mal dans la tête, au sens propre du terme bien sûr. Ce pourquoi, est que notre cerveau a toujours été à l'étroit dans notre boite crânienne, et cela depuis le début de l’existence de notre espèce. Etant à l'étroit dans notre boîte crânienne, notre cerveau est oppressé, et il "souffre", d'où ces douleurs parfois presque insupportables. Je sais de quoi je parle, car à l’âge que j’ai maintenant je me souviens d'avoir depuis mon enfance eu mal dans la tête. Il arrivait que j'avais tellement mal dans la tête qu'il m'était impossible de toucher ma tête avec mes mains, ni de poser ma tête sur un support quelconque, sans en augmenter la douleur. Cela durait parfois des heures et même plusieurs jours. Il me fallait rester assis et attendre que les douleurs très fortes s'atténuent, et aucun calmant n'agissait. Je devais attendre la disparition de ces douleurs, tout en vaquant à mes occupations dans les périodes moins violentes. Il m'arrivait de reprendre conscience que je n'avais plus mal dans la tête, sans que je me souvienne à quel moment ce mal avait disparu.

Pour justifier mon raisonnement il faut comparer notre cerveau dans sa boîte, et les autres parties de notre corps, qui sont elles libres de se développer à leur "guise". Les autres parties de notre corps ne sont pas emprisonnées comme notre cerveau dans une boîte, les os sont à l'intérieur, et nos cellules qui composent l'extérieur de notre squelette, ont tout l'espace quelles veulent, il suffit pour s'en rendre compte de regarder "nos" semblables, et les difformités de chacun. Les boîtes crâniennes de chacun il est vrai, ne sont pas toutes identiques, et je suis sûr que les cerveaux non plus, ce qui explique peut-être aussi que les uns ont plus mal dans la tête que les autres. Il serait dit que les femmes sont plus sujettes aux maux de têtes que les hommes ? Cela est peut-être aussi la cause, que les parties osseuses de la femme seraient plus réduites que celles des hommes ? Ceci explique peut-être cela.

Alors que faire devant ce dilemme, qui en fera sourire beaucoup j'en suis sûr. Jusqu'à maintenant, l'espèce humaine a cherché des remèdes contre ses mots de tête. De tous ces remèdes, certains sont plus efficaces les uns que les autres sur la douleur, mais quelqu'un s'est il posé la question sur des effets néfastes de ces remèdes, alors que le vrai remède serait de faire en sorte que notre boîte crânienne se "dilate" au fur et à mesure que notre cerveau, qui depuis "la nuit des temps" est en expansion, se trouve tellement compressé, qu'il nous fait souffrir. Si notre cerveau comme il est dit, n'est pas un muscle, il est quand même une "matière", qui se développe depuis "la nuit des temps", et il se développera encore, alors que faire devant ce dilemme ? Je ne vois qu'un "exercice mental" de chacun de nous, et cet "exercice" consisterait à ce dire, à penser, à faire comprendre à notre cerveau, que, à chaque fois que nous avons mal dans la tête, et au lieu de se lamenter, et chercher des remèdes extérieurs, ce serait d’admettre, que notre cerveau étant le centre de nous même, il est le maître de nos sensations. Nous devrions tous le savoir. Quelles nous soient agréables où pas, le moindre petit mouvement d'une partie de notre corps est déterminé par notre cerveau. Donc notre cerveau est capable de comprendre et d'ordonner. Il suffit de lui demander, ou plutôt de nous demander ce que nous devons faire pour nous même. Ce que je veux dire par ce que nous devons faire par nous-mêmes, c’est bien sûr éviter de demander à des leurres de le faire à notre place. Bien sûr ! Ce que je veux dire ne se fera pas du jour au lendemain. Pour ce qui me concerne, il est hors de question que je parvienne à un résultat, car ce résultat, cette modification qui permettrait, où qui permettra à notre boîte crânienne de se développer en fonction du développement de notre cerveau, ne peut être que génétique.

D'après nos chercheurs nous aurions des dizaines de milliers de gènes, et nos chercheurs n'en connaîtraient qu'une centaine, ce qui fait que nous sommes loin de nous connaître complètement. Je dirais aussi qu'aucun de nous n'étant identique, que nous ne sommes peut-être pas tous porteur des mêmes gènes, ou bien, que certains de ces gènes sont, soit dans l'incapacité d'avoir une action sur nous même ou sont simplement absents. Je pense aussi que depuis que nous sommes ce que nous sommes, nous avons certainement perdu des Gènes, et nous avons dû aussi en créer. Alors de là, à imaginer que nous pouvons créer un Gène qui aurait la faculté de développer notre boîte crânienne en rapport avec notre cerveau, pourquoi pas ? Mais pour cette action "nous" devrons créer une chaîne continue de générations, afin que l'idée de départ puisse se transmettre de générations en générations. Nous sommes une "plante" identique à toutes les "plantes" existant sur notre planète, et que de ce fait, "nous" pouvons comme toutes ces plantes, nous adapter à toutes les contraintes que nous rencontrons. Notre contrainte actuelle est le développement du volume de notre cerveau, et la boîte qui le renferme. Pour que puisse être transmise cette idée de modification de notre boîte crânienne, en fonction du développement de notre cerveau, la méthode est plutôt simple.

Si nous comparons ce que nous sommes actuellement, et ce que nous pourrions devenir, depuis qu'un "primate" aux dires de nos "spécialistes" est venu au monde avec 46 chromosomes au lieu de 48, je me suis fait une réflexion en ce qui concerne ce fameux primate qui serait venu au monde avec 46 chromosomes au lieu de 48. Je pense moi que nous ne descendons pas du singe comme certains de notre espèce semble vouloir nous le faire admettre. Nous descendons d’une espèce qui est apparue parallèlement au singe, qui a dépassé le développement du singe, et qui a donné ce que nous sommes aujourd’hui. Les espèces de singes sont très nombreuses, nous pouvons imaginer que nous étions une espèce de singe apparue mais non mutante d’une espèce de singe, sinon nous serions toujours des singes. Il faut se faire à cette raison, mais ce n’est pas une raison pour se croire supérieur à toutes les autres espèces, comme notre espèce se l’imagine.

Depuis nos adaptations ont été nombreuses, et plus particulièrement notre cerveau dans sa boîte crânienne, et "nous" n'en avons pas fini, c'est pour cela qu'il serait souhaitable que mon idée se développe, à fin de ne plus entendre ce que j'ai souvent entendu hélas, suite à mes maux de tête : prend de l'aspirine. Nous devrions arriver à entendre, si tu as mal dans la tête, pense que cette douleur est due à ta boîte crânienne, qui est trop petite pour compenser le développement de ton cerveau, et que, même si cela ne te calme pas immédiatement, cela te sera plus profitable.

Cette réflexion à soit même devrait pour chaque être humain que nous sommes, être primordiale. Nous sommes capables d'influencer notre organisme par nos pensées, et les exemples ne manquent pas, il suffit pour cela, d'écouter où de lire. Je connais un exemple d'un individu sur lui-même, avec qui j'ai travaillé assez longtemps. Cet homme, en me parlant de son père, me disait : mon père est mort à 40 ans d'une tumeur au cerveau, et que lui aussi mourrait d'une tumeur au cerveau. Hé bien, il est mort à 40 ans d'une tumeur au cerveau. J’ai été très surpris par l’évolution rapide de sa maladie dont l’issue fatale n’a pas attendu une année. Comment est-ce possible ? Ce n'est qu'un exemple parmi tant d'autres, qui sont connus par d'autres que moi.

En ce qui concerne les maux de tête que j'ai connus, et que j'ai dû supporter pendant des décennies, je me demande s'ils ne sont pas la cause du fait que je suis un gaucher contrarié. Je pense qu'à la suite de ces contrariétés, qui ont duré des années, mon cerveau a dû se "modifier" pour s'adapter, et pour s'adapter, s'il ne s'est pas développé, il a dû se "dilater" ? C’est je pense pour s’adapter, que mon cerveau qui était formé depuis mon début de gestation, s’est trouvé dans l’obligation de se modifier sous les contraintes de la contrariété que j’ai dû subir. J’avais huit ans quand les premières contrariétés m’ont obligé à être un droitier. Donc sous l’influence ce ces contrariétés mon cerveau a dû s’imposer une "gymnastique" dans ma boîte crânienne. Cette "gymnastique" dans un réduit qui ne pouvait s’adapter, a eu comme résultat, les souffrances que j'ai endurées. Sans vouloir contredire les explications de nombreux "spécialistes" de la question, qui parlent de migraine et autres raisons, je ne pense pas me tromper de beaucoup en m'expliquant sur mes douleurs.

Maintenant j'ai soixante-six ans et je peux dire que je ne souffre plus ou très peu de maux de tête. Mais je suis persuadé que la plupart des maux de têtes, ont comme origine la dilatation de notre cerveau en période active dans notre boîte crânienne. Je suis sûr aussi que la mort de certains humains a comme origine cette "dilatation" du cerveau.

Retour....