Naissance de notre système solaire...

Comment comprendre ? Comment imaginer la naissance de notre soleil ? De quoi est-il issu ? Je le pense issu de ce milieu, de ces matières cosmiques qui composent notre univers, se rencontrent, et "s’accouplent" dans l'espace. Notre soleil, comment s’est-il formé ? Ces matières qui se trouvent dans ce vide, que nous appelons sidéral, comment imaginer leur comportement lorsqu'elles se rencontrent. Ce qui me vient en premier à l’esprit, c'est que ces matières se rencontre, se lient (sexuellement ou non, pour employer un terme à la mode) et se mettent à tourner, comme notre tête nous tourne, (c’est une image) lorsque nous rencontrons, dans des situations favorables, un ou une de nos semblables, (en ce qui nous concerne tous) mais, quel que soit le sexe pour certains. (Je ne critique pas, je cite). Ou comme l’on fait une mayonnaise, (c’est encore une image) mais cette fois sans le fouet. Je me demande d’ailleurs qui serait capable de tenir ce fouet, pour mélanger ces matières cosmiques. Qu’on ne me dise pas que se serait dieu... ou un dieu ?

Ensuite, ces matières cosmiques en tournant de plus en plus vite, attirent d'autres matières identiques à elle-même et construisent un volume qui devient de plus en plus énorme et compacte. "Genre barbe à papa, (c’est encore une image), mais multiplié en volume des milliers de milliards de fois". Tout comme nos cellules qui composent notre organisme des milliards de fois après la rencontre d’un spermatozoïde et d’un ovule. J'ignore combien de temps ces matières cosmiques mettent à en arriver à une masse si énorme et si compacte, mais il arrive un moment que cette compacité s'échauffe et s'enflamme, et en raison de cette combustion elles créent d'autres matières. (Les matières que nous connaissons aujourd'hui sur notre planète).

Ces matières élevées à des températures si importantes, qu'elles créent une masse en fusion. Cette masse en fusion, (Fusion nucléaire comme nous le savons maintenant) va être le départ d'une chaîne de création de planète (8 ou 9 selon les "humeurs des scientiques au cours des années) que nous connaissons aujourd'hui. Cette masse (le soleil) dans ce mouvement de rotation si important, que des masses gigantesques s’en échappent. Ces masses sont expulsées, sous formes de rubans très longs. (Et non de morceaux comme nous le démontre les scientifiques qui pensent que cette masse s'effondre et ce divisee en milliards de morceaux qui viendront se percuter comme une pâte à modeler et former notre planète et les planètes de notre système solaire) Ce Ruban gigantesque et long, (qui deviendra notre planète) "fin au départ" augmente en forme, en largeur et en épaisseur. Et en réagissant comme un "Yo-yo", auquel vous lâchez la ficelle, s'enroule sur lui-même. S'éloigne de son géniteur (le soleil), continue sur sa lancée en s'enroulant toujours sur lui-même, devient une boule aussi rouge et aussi ronde que le soleil. (Quand je dis ronde, elle n'est pas ronde, elle ressemblerait plutôt à un ballon de rugby) A cet instant, cette boule qui devient une planète est indépendante, majeur, elle forme une surface aussi lisse, aussi brûlante que notre soleil tel que nous l'observons maintenant, elle tourne sur elle même, et gardera cette rotation jusque nos jours pour le moment. C'est notre planète, il y aurait plusieurs milliards d'années.

Qui n’a jamais joué avec une toupie dans son enfance. "Ces toupies n'existent plus de nos jours". Cette toupie que nous faisions tourner avec un fouet. Pour faire tourner cette toupie, nous l'enroulions dans une ficelle, fixée à un bâtonnet, d'environ 50 cms. Nous nous baissions au raz de sol, et nous envoyions avec adresse, cette toupie qui, libérée de l'enroulement de notre fouet, (égalant le ruban de matière nucléaire dont est formée notre planète) tournait merveilleusement. Il fallait pour poursuivre la rotation de cette toupie la fouetter de nouveau, et sa rotation continuait tout le temps que l’on voulait. C'était un jeu très intéressant et "sportif". Il fallait beaucoup d’adresse pour fouetter de nouveau cette toupie quand elle commençait à diminuer sa rotation et commencait à tourner en se balancant comme notre planète. Il fallair fouetter immédiatement. Hé bien, pour les planètes que notre soleil a enfantées, c’est le même principe, sauf qu’il n’y a pas besoin de fouet pour l'obliger à continuer de tourner sur elle-même. C’est un autre phénomène que nous appelons à défaut d’autres choses, phénomène d’attraction, de répulsion ou de libération dans ce millieu de matières cosmique où rien n'a de poids. Ce phénomène qui agit sur toutes ces planètes de notre système solaire, dont la nôtre, qui poursuit sa course rotative en même temps que ce soleil dont elle est issue. Tout comme un nouveau-né reste auprès de sa génitrice quel que soit l'espèce.

Alors elle tourne notre planète autour de son géniteur en gardant sa distance autour de cet "être" qui vient de la mettre au monde, comme tout être qui vient au monde sur notre planète. Notre soleil aurait ainsi enfanté si j’en crois ce qui est dit, neuf planètes, toutes différentes les unes des autres, comme nous sommes tous différents les uns des autres dans une famille, bien que nous soyons plusieurs milliards sur notre planète, nous sommes tous différents. Depuis ce temps si lointain pour nous, notre planète, ainsi que toutes celles que notre soleil à "enfantée", tournent sur elles-mêmes, je pense toutes dans le même sens, à une distance et à une place différente, autour de leur géniteur. Ces planètes sont maintenues à distance par cet effet de "magnétisme" "répulsif", invisible qui nous étonne tellement. Au fait, à votre avis, que représente les aurores boréales visible de certains points de notre planète ?

Pourtant je ne vois que cette explication pour comprendre cette perfection dans ce mouvement perpétuel à nos yeux. Ces planètes, générées par notre soleil, elles semblent très heureuses ces planètes, tout au moins notre terre qui tourne sur elle-même, en se balançant comme un obèse et gardant cette rotation et ce balancement encore de nos jours. Si je peux comprendre ce mouvement de rotation, compte tenu de sa formation, quelle est la raison de ce balancement ? Pourquoi notre planète a-t-elle conservé ou créé ce balancement qui implique nos saisons dans les deux extrémités de ses hémisphères ? Ce balancement est-il dû à la jetée en vrac de ce ruban de braise éjecté par notre soleil ? Ou bien ! Ce balancement est-il dû au déplacement de ce noyau de fusion nucléaire toujours existant, au centre de notre planète, qui n'est que le "reste" de ce ruban de fusion nucléaire que représsente notre planète ? Nous pourrions penser que ce mouvement de balancement serait le résultat des mouvements de marée de nos océans ?Mais je ne le pense pas. Pour la raison que notre planète tournait sur elle-même et se balancait bien avant la créations des océans. Toutes ces questions qui me triturent la cervelle, je pense que je n'en connaîtrai jamais la réponse. Mais je ne crois pas à l'aggloméra de "cailloux" les uns dans les autres comme le disent nos éminents scientifiques. C'est une théorie qui ne tient pas.

Je ne vois pas comment cet aggloméra de morceaux que notre soleil aurait éjecté, que ces aggloméras se seraient percutés et auraient formé notre planète, un peu comme de la pâte à modeler. Je n'y crois pas. Je ne crois surtout pas que notre planète (et toutes les planètes de notre système solaire) tournerait avec la précision que nous connaissons aujourd'hui. Nos scientifiques se sont mis le doig dans l'oeil. Le plus grave, soit, que cette fausse théorie est enseignée dans nos écoles depuis cette soit disant connaissance de la création et de la vie de notre système solaire et de nos planètes.

J'ai visionné plusieurs vidéo de synthèse, et ces vidéos, si elles partent parfois du même raisonnement que le mien, (c'est-à-dire une attraction de matières cosmiques qui s'enroulent et s'échauffent), n'ont pas le même déroulement que la vision que j'ai sur la suite de ces événnements qui ont formé notre planète, et toutes les planètes de notre systême solaire. Une fois en fusion, (fusion nucléaire) ces matières se dilatent si fort, qu'elles en éjectent des trop pleins, des dechets, sous forme de longue mèches, que l'extrémité de cette mèche, de ce bras, commence à revenir et s'enrouler sur lui-même. C'est à ce moment que notre soleil lâche ce long bras de fusion, et que ce long bras s'enroule sur lui- même et forme une "boule" (plutôt ovale au départ) d'où peu-être ce balancement perpétuel, qui continue de tourner comme son géniteur le soleil.

https://www.youtube.com/watch?v=-BcanF3Mmkw&google_comment_id=z12eyhjajvy1ujzqk04cf1dykp3tjd1rijc

 

Suite...