Lettre à Monsieur Jospin

Pour le début de son poste de Premier Ministre en 97, avec les commentaires qui suivent, j’ai envoyé à Monsieur Jospin la lettre que j’ai envoyée à M. Quilles en 1985, mais complète.

Cette lettre si vous l'avez lue, traite des problèmes que nous connaissons encore aujourd'hui, et qui se sont amplifiés. Cela ne devrait pas être si nos dirigeants de tout temps avaient fait leur travail, comme j'ai fait le mien toute ma vie. Mais voilà ! On se rend compte maintenant que tout est toujours à faire, malgré tous les beaux discours, et les belles promesses électorales, qui se résume en beaux mensonges ou en grandes incapacités flagrantes. Je ne parle pas pour ne rien dire, les résultats sont là... tout le monde peut s'en rendre compte.

Je n’ai pas reçu de réponse, mais je n’en suis pas surpris ! Peut-être ne l’a-t-il même pas lue ?

 

Monsieur le Ministre.

Voilà de nouveau la gauche au pouvoir, et je pense que vous avez conquis ce pouvoir en exagérant sur les critiques. Mais ceci n'est pas mon problème, c'est plutôt le vôtre ! Mon interrogation à moi est... serez-vous à la hauteur ? Je ne le pense pas ! Il y a trop de besoins dans notre Pays que vous ne semblez pas, vous et vos partenaires du gouvernement à en avoir pesé ni le poids ni l’ampleur ? Je préfère, vous en laisser imaginer les conséquences, qui ne tarderont pas à ce faire sentir, car vous ne parviendrez pas plus que vos prédécesseurs à combler les lacunes de notre société. Ces lacunes que vous pourrez constater dans la lettre que j'ai envoyée à un de vos prédécesseurs et collègue il y a maintenant près de 12 ans, n'a malheureusement pas depuis amélioré ces lacunes, qui au lieu de se combler ont au contraire empiré. J'espère que vous ne nierez pas l'évidence, cela serait de la mauvaise foi.

Je vous demande de lire la lettre qui suit. Cette lettre n'est pas un modèle de littérature, mais je vous demande de m'en excuser. Car je ne suis qu’un " ex " illettré ! Sachez que les non instruits savent aussi réfléchir, même si ce ne sont pas avec les mêmes mots que les instruits. Sachez aussi que les non instruit ont au moins la satisfaction de ne pas avoir à faire des promesses qu'ils savent ne pouvoir jamais tenir. Ce n’est pas une excuse, ni pour moi, ni pour vous, ce n’est qu’un fait. Ce fait, fait la société que nous avons et qui n’est pas prés de changer.

Dans le passé quand les choses allaient comme elles vont en ce moment, il y avait un "remède" qui remettait les choses en leur place, c’était les guerres. Les guerres vous devez savoir comme moi les dégâts quelles font. Mais elles avaient le " mérite " de supprimer le chômage et de donner du travail à ceux qui survivaient à cette bêtise humaine. J'ai vécu les effets et les résultats de la dernière guerre. Maintenant la "construction" de l’Europe fait que nous ne devrions plus avoir de guerre. Mais la situation qui se développe en Europe ne supprimera pas la révolution qui gronde. Les masses ne supporteront pas toujours les situations d’aujourd’hui, et il faudra bien que le poids de l’argent en amont, crée des retombées nécessaires à la base, au lieu des miettes que nous avons en ce moment. Les masses ne sont pas des piafs qui se contenteront toujours de ces miettes. La révolution de 1789 en est un exemple, que les tenants de ces masses d’argent feraient bien de se remémorer.

Il serait bon de se demander comment les organismes financiers ont pu amasser autant de milliards depuis une quinzaine d’années. La réponse, c’est le résultat de 14 années de Mitterrandisme, qui a fait s’accélérer ce défaut par le développement de ces organismes financiers. Ces organismes, qui ont eu toute liberté dans leurs slogans de convoitises envers les masses, pour les inciter à placer leur surplus de leur revenu dans ces épargnes en tout genre. Une partie des ces épargnes n’auraient jamais dû atteindre le niveau quelles ont aujourd’hui. Les Plans d'épargne populaires n’auraient jamais du voir le jour. Les quatre cents milliards qui y sont stockée, ont plus rapporté aux organismes financiers qu’aux "propriétaires" de ces plans d'épargne populaires. De plus, si ces quatre cents milliards étaient restés pour être investis dans la consommation des ménages, nous n’en serions pas à ces six millions de personnes qui vivent en dessous du seuil de pauvreté. Le plafond du livret (A) n’aurait jamais du dépasser les cinquante mille francs, ce qui ferait, que quatre cent cinquante milliards seraient aussi restés dans la consommation des ménages. Je ne citerai pas toutes les anomalies de ces excès en tout genre. Mais à quoi cela sert-il d’avoir des centaines de milliards pour enrichir toujours les mêmes, alors que des millions de pauvres envahissent notre Pays, ainsi que les Pays qui nous entourent. Pourquoi plus de mille six cents milliards de lingots d’or dans les caisses de la banque de France, alors que des millions de citoyens ont faim.

Le responsable de cette situation c'est le Miterrandisme et ceux qui l'ont aidé et vous en faite partie. Son orgueil et son ambition nous ont conduis là où nous sommes, et là où nous sommes, il ne vous sera pas possible de nous en sortir. Vous ne pourrez faire en sorte que les centaines de milliards qui planent maintenant au-dessus de nos têtes retrouvent la place qu'ils n'auraient jamais dû quitter. Faire revenir ces centaines de milliards à leur niveau normal cela parait impossible, car le mouvement d'inertie serait trop fort et vous emporterait, et c'est pour cette raison que vous ne pourrez pas agir comme il le faudrait et vous le savez. Vous avez le choix entre deux solutions qui sont ; Soit vous devez faire redescendre ces centaines de milliards et vous êtes emporté par l'inertie de ce mouvement. Ou, vous laissez ces milliards continuer leur exploitation honteuse, et c'est le retour des enragés de 1789.

Le phénomène qui se produit en ce moment, et qui fait que la bourse bat des records, c'est que les organismes qui détiennent la majorité de l'argent de notre Pays, pensent profiter de ce que vous soyez revenus au pouvoir, et que vous êtes un peu perdus par la surprise de votre retour. Vous allez donc être obligé de prendre des mesures importantes pour freiner cet emballement, mais il sera trop tard. Les financiers se seront remplis les "poches" et vous ne pourrez rien y faire.

Retour....