Les sept Pays….

Les sept Pays les plus riches de notre monde, n’auront bientôt plus que la satisfaction de se dire ! Nous sommes les plus riches parce que nous avons l’usine qui fabrique le plus de pauvres. Mais le pauvre ça ne se vend pas. Ce n’est pas commercialisable. À moins que ? Il me vient une réflexion qui n'est peut-être pas loin de refléter la vérité. Si je "n'me" trompe, il est possible que le fait de fabriquer des pauvres fasse que ses pauvres servent de sources de richesses pour les grandes surfaces commerciales, et pour les organismes de crédit. Toutes ces grandes surfaces commerciales, et organismes de crédit se disent : plus les pauvres seront nombreux, plus ils seront obligés de venir acheter chez nous, et emprunter chez nous en fonction de leurs faibles moyens financiers. Nous pourrons continuer ainsi, en ce qui concerne les grandes fabrications industrielles à fabriquer des produits de faible qualité. Si je dis des produits de faible qualité, en disant cela, je suis poli. Je peux dire que la plupart des produits vendus dans ces grandes surfaces ne sont que la plupart du temps de la merde. Je défie quiconque de me prouver le contraire. Alors on continue à fabriquer des pauvres.

En plus ces pauvres servent d'appâts, de "courroie de transmission" pour entraîner les classes un peu plus aisées, qui suivent ces pauvres comme un cochon suivrait sa mère. Les grandes surfaces se multiplient comme se multiplient les champignons sur la pourriture. Pour ses grandes surfaces qui ont toute liberté de se multiplier, puisque étant soutenue par nos "représentants" de notre république qui ne sont pas capables de freiner de tels abus. Peut-être que ces "représentants" de notre république sont aussi pour la plupart des actionnaires de ces grandes surfaces, dans ce cas la boucle est encore bouclée. Mais tout a une fin, encore quelques millions de pauvres et c’est la saturation. C’est l’explosion ! Cela commence déjà, mais qui va s’en rendre compte assez tôt pour ouvrir la vanne de sécurité qui tient dans un seul mot répété à l’infini.

Travail, travail, travail pour tous.

Qu’il faut :

Répéter, répéter, répéter !

Qui peut s’imaginer qu’actuellement nous allons créer trois millions d’emplois d’un coup de baguette magique, en pensant que la reprise de la croissance, qui ne viendra pas comme cela serait nécessaire, en serait le moteur. Les promesses que l’on nous fait depuis que le chômage ne cesse de monter n’ont rien donné. Je le répète, il ne peut y avoir que le partage du travail qui donnera du travail à tous et :

Sans diminution du salaire

Entendre dire que les 32 heures par semaines sont irréalisables du fait que le salaire des travailleurs est basé sur le taux horaire est ridicule. Si toutes les réalisations qui nous servent aujourd’hui avaient été basées sur le même raisonnement nous en serions encore avant l’âge de pierre.

Mais peut-être somme-nous toujours à l’âge de pierre ? Il faut raisonner avec les moyens que nous connaissons aujourd’hui, qui ne sont pas plus compliqués à utiliser que ceux que nous n’avions pas hier. Par exemple, tous ceux qui disaient hier l’homme ne volera jamais parce qu’il n’a pas d’ailes se sont trompées. La preuve est là ! L’homme vole, seul ou en groupe mais nous volons. Je sais que comparaison n’est pas raison, pourtant, cela peut nous permettre de nous rendre compte qu’il ne faut pas s’en tenir à ce que nous pensons tout seul. Mais à ce que nous pouvons faire tous ensemble.

Retour....