Les auteurs

Qui sont les auteurs de ces situations désastreuses, je les ai déjà nommés, il suffit de remonter plus haut dans ces pages.(Retour) À l’inverse, je peux toutefois en designer les premières "victimes", qui ne sont pas forcement les masses. Je commence par le plus haut placé c'est-à-dire le Président de la République. Si on regarde bien, il ne peut pas faire grand chose pour améliorer les difficultés qui nous entourent. Il y a en aval trop de contradictions, et en "parallèle" trop de poids qui pèse sur toutes les décisions qu'il aurait envie de prendre ou qu'il devrait prendre.

Pour s'en rendre compte il suffit de se référer à son intervention du 12 décembre 96, et ce qu'il a dit au sujet du conservatisme il avait raison, mais qui sont les responsables de ce conservatisme. Ce n'est pas forcement le peuple, ce sont surtout ceux qui les entraînent. Ceux qui sont l'opposition politique et les dirigeants de toutes ces corporations, pas besoin de les nommer je les ai déjà nommés, et s'ils lisent un jour ces lignes, ceux que je n'ai pas nommés se reconnaîtront. Si les peuples étaient moins brebis et ne suivaient pas tous ces meneurs, il y aurait moins de contradictions, mais c'est tellement plus facile de bêler en groupe comme des moutons, que de raisonner en solitaire pour ensuite se faire entendre. Il est plus facile de faire du bruit de n'importe quelle façon, en tapant sur des bidons, qui font un bruit de casserole. Qui peut penser que des bruits de casserole vont faire améliorer plus facilement ce qui ne va pas, ce ne peut être que des "casseroles". Comme si le bruit était un argument intelligent pour faire changer les choses, et pendant ces manifestations ridicules les choses n'avancent pas. La bêtise humaine, toujours l'incommensurable bêtise humaine. C'est là qu'on se rend compte que certaines branches dans l'instruction ne servent pas à grand chose.

Chacun voudrait que son "confort" individuel s'améliore, sans que la "suspension" du "train" dans lequel nous sommes tous passagers ne soit transformée pour le confort de tous. Mais qu'est cette "suspension" ? Ce sont nos lois, et sans la modification, sans l'amélioration de nos lois, le "confort" de chacun ne pourra jamais être obtenu sans que l'on puisse empêcher que certains s'approprient plus de "confort" pour eux que pour l'ensemble. C'est ce qui se passe depuis que notre monde est ce qu'il est.

Ce que je dis dans ces pages sur les organismes financiers, je me rends compte que je ne suis pas tellement dans l'erreur. Quand je dis qu'ils sont trop nombreux et que certains vont y laisser des plumes, c'est vrai et c'est normal. Le crédit foncier en est un exemple, et j'espère que ce n'est pas fini. Ils se tirent tous dans les pattes pour gérer ces centaines de milliards, qu'ils mendient aux masses par mille moyens plus ou moins honnête. Pour connaître ces moyens il suffit d'écouter la radio ou de regarder la télévision. Tous ces messages comme le crédit agricole pour ne citer que celui là, dont son slogan est actuellement, "vivez votre argent au quotidien, l'imagination dans le bon sens".

Comment peut-on vivre son argent au quotidien si votre argent est "stockée" dans ces organismes financiers. Qui peut être assez bête pour écouter et suivre des conseils pareils, il ne faut pas chercher bien loin la réponse, c'est la bêtise humaine, l'incommensurable bêtise humaine, toujours aussi sensible au champ des sirènes. Il faudra bien y trouver une solution et détecter à l'avance le développement de ces organismes de destruction de l'harmonie qui devrait exister avant toutes choses. On ne peut plus continuer à entretenir des organismes qui ne savent créer que des déficits.

Voyez la S.N.C.F, cent trente quatre milliards de déficit, et cette somme ne représente qu'une partie de ce déficit total, qui, en vérité est de plus de deux cents milliards. Pourquoi un déficit aussi important dans une entreprise publique ? Parce que les employés des entreprises publics ne sont pas capables de rentabiliser les caisses de l’entreprise par leur travail. Ils ne sont pas capables de comprendre qu’ils fonctionnent sur les fonds de l’état, et non sur leur travail, contrairement à toute entreprise du privé, que si elle ne peut gérer financièrement son entreprise, elle est vouée à sa disparition. Si les employés du service public étaient capables de gérer leur entreprise par leur travail, les dépenses publiques de notre pays seraient moins importantes. Toutes les entreprises publiques fonctionnent de cette façon. Une grande partie des impôts des contribuables que nous sommes est "digérés" par les employés du service public. Cette pratique fait que les entreprises publiques sont systématiquement renflouées par les impôts des contribuables. Je trouve cette pratique honteuse vis-à-vis des contribuables. Tout employé du service public devrait se poser cette question. Suis-je suffisamment rentable ? Suis-je responsable du déficit dans mon entreprise ?

Les déficits publics se multiplient ! Voyez le Crédit Lyonnais des dizaines de milliards de déficit. Voyez le Crédit Foncier de France 14 milliards de déficit et je ne connais pas tous les autres. Qui paie ces déficits ? Toujours les mêmes. Toujours ceux qui ont de moins en moins. Ceux à qui l'on retire de plus en plus, par tous ces moyens mis à la disposition de tous ces organismes. Par des lois qui protègent toujours les mêmes. Quand l'ouvrier Français et d'ailleurs comprendra-t-il qu'il est responsable de la situation financière nationale actuelle en plaçant son argent dans les organismes financiers comme il le fait, il crée une force qu'aucun pouvoir politique ne peut contrecarrer. Il suffirait que chaque épargnant retire la moitié de ses épargnes quel qu'en soit le montant, pour qu'une purge s'effectue dans l'économie du pays. Cet argent qui se chiffre par centaines de milliards, relancerait l'économie du pays, et par-là, la relance de la consommation tant attendue. Si les Français ne peuvent comprendre ce simple raisonnement, nous courrons à une véritable catastrophe sociale. Non seulement en France mais dans l'Europe tout entière. Ce sera 1789 multiplié par quinze, voire par tous les Pays de notre continent.

À coté de cela, il y a les grandes sociétés en tout genre, qui font des bénéfices énormes, en "jouant" avec l'argent que les travailleurs placent dans tous ces systèmes d'épargnes. Qui est responsable de tous ces paradoxes ? Ce sont nos lois une fois de plus, votées par ces députés, qui ne sont pour la plupart, que des soutiens pour ces organismes exploiteurs. Qui ne sont pour la plupart, que des charlatans déguisés en père Noël devant les peuples pendant les campagnes électorales. Ces charlatans qui peuvent avec ces lois inventer des taxes en tout genre, qui font baisser le revenu de tous ces plus faibles dont je fais partie. On réclame tous azimut. C'est trop souvent que l'on reçoit des factures que vous devez payer et souvent d'avance, il faut bien prévoir mais quand même. Voyez les abonnements en tout genre comme électricité de France cités dans d'autres pages de mes réfléxions. Si je me porte à notre situation actuelle, il n'y a pas que les abonnements d'électricité de France qui soit coupable de cette escroquerie que sont les abonnements. Il suffit de regarder les abonnements du téléphone portable.

Retour....