Le traité de Maastricht

Qui a lu leur traité ? Le traité de Maastricht est illisible pour 99% des habitants des 15 peuples de l'Europe. Il y a trop de Si ! "Ne dit-on pas : si ma tante en avait je l’appellerais tonton". Ces trop de Si, rendent ce traité incompréhensible, je défie quiconque de me prouver le contraire. Il ne sera pas compris avant des décennies ou des siècles. Je peux vous en expliquer une très "petite preuve".

Savez vous que plus de la moitié des français parle encore en anciens francs, pourtant sur un billet de 100 francs il y est bien écrit 100 francs, et bien pour ces français ils lisent toujours 10.000 francs. C'est une image toute simple mais réelle. Alors le traité de Maastricht, il ne sera compris qu'après d'innombrables souffrances, que ni vous ni moi ne verrons complètement. Il y avait une autre méthode à utiliser c'était le tourisme, mais voilà, cela n'aurait pas été assez vite pour nos orgueilleux. Le tourisme est le meilleur outil pour mélanger des espèces et non des races, d'où utilisation du mot raciste ou racisme. Il n'y a pas plusieurs races humaines, il n'y a qu'une espèce humaine composée de quelques couleurs. Ces quelques couleurs composées de "trente-six" teintes ou de "trente six mille" teintes, dues aux métissages qui ne date pas d'aujourd'hui.

Le grand mot racisme utilisé tant de fois de nos jours n'a aucune raison d'être. Nos grands inventeurs de mots se sont plantés sur cette définition pour nous identifier les uns des autres, comme ils se sont plantés sur bien d'autres choses. L'histoire de l'espèce humaine est là pour nous le rappeler. Ne serait-ce quand regardant le présent, rien n'a changé. Il y a toujours des grands décideurs, des grands planteurs de jalons, qui ne sont que de grands détenteurs du plus grand défaut humain, l'orgueil. Même pas effleurés par ce qui devrait être, la plus grande qualité de l'espèce humaine, l'humilité. Orgueil et humilité, ne sont il est vrai que des mots, mais tous ces mots que représente l'incommensurable richesse dont l'espèce humaine a, à sa disposition pour mieux se comprendre, fait pourtant que les espèces humaines entre elles semblent ne pas se comprendre. En utilisant seulement trop souvent quelques mots, il en résulte trop souvent que des maux, qui ont comme résultat, l'humiliation, la souffrance, la pauvreté, la misère, l'exclusion, les massacres. Un seul mot est à l'origine de tous ces maux, l'orgueil.

Un homme, un humain, un spécimen de l'espèce humaine, quel que soit ses origines, sa couleur, et le milieu dont il est issu, et voir que cet homme accepte que d'autres hommes lui déroulent un tapis rouge sous les pieds, ne peut être qu'un orgueilleux dépourvu de tout sentiment d'humilité. Alors qu'à quelques centaines de mètres il y a des milliers voir des centaines de milliers de pauvres. Que la différence est grande entre ces deux mots, orgueil et humilité. L'un étant malheureusement proportionnel en grandeurs à l'absence de l'autre. Quand cela changera-t-il ? Quand l'humilité de l'homme sera telle supérieure à son orgueil ? En attendant, les résultats sont ce qu'ils sont. Les différences de "classes" entre les être humains sont si grandes qu'il faut vraiment être insensible pour se comporter comme se comportent la plupart de ces soi-disant grands hommes. Je me sens humilié quand je vois, le "train" de vie, de certaines "couches" de la population et la pauvreté des autres. Il n'y aurait pas d'argent pour relever le niveau de vie des "basses couches" alors que les couches supérieures baignent dans l'opulence.

Qui pourra tolérer longtemps des paradoxes aussi flagrants, et admettre que l'on peut distribuer des miettes et licencier à tour de bras. Il n'y aurait pas d'argent pour relever les "basses couche", qui peut nous faire croire des balivernes pareilles. Si ces "basses couches" voulaient regarder comment ils sont manipulés, ils seraient peut-être moins enclins à accepter cette façon dont ils sont traités. Je l’ai dit il y a de l’argent pour payer les gens à ne rien faire, alors que cet argent peut tout aussi bien servir à faire travailler tout le monde. J’en parle dans ma lettre à M. Quillés en 1985 et les choses n’ont pas changé. Ce que je dis est-il si ridicule ? Si cela est vrai, pourquoi ne me l’ont-ils pas dit dans leur réponse, j’aurais très bien compris. Mais devant ce silence, ce refus de me répondre correctement, alors j’insiste.

Retour....