Le même axe visuel ?

S

Pour en revenir à la théorie que je me fais de notre espace sidéral, d'après toujours les renseignements que je peux glaner de-ci de-là, je peux imaginer, que de notre position sur notre planète, nous n’apercevons qu’une infime partie de notre univers ! Puisque faisant partie d’une galaxie ou d’un système solaire qui serait notre galaxie, et que le mouvement auquel nous sommes soumis est si parfait, que nous retombons toujours dans le même axe visuel.

Ainsi c’est sur cette rotation "circonférentielle" de notre univers que je préfère me référer pour une compréhension de tout système qui tourne sur lui-même, et que pour des raisons pratique dans notre système "métrique" nous avons divisé en 360 degrés. Ors notre planète tournant sur elle-même en 24 heures, et autour de notre soleil en trois cents soixante-cinq jours ! Je préfère prendre cette référence et dire que nous n’apercevons environ que le 365e de notre galaxie ou de notre univers. Cela peut être explicable si nous comparons la petitesse de notre taille, face à "l’immensité" de notre espace sidéral. Nous ne pouvons pas mieux faire que d’accepter cette solution logique et imposante.

Si la rotation de notre planète sur elle même parait rapide, il faut se dire, que, la rotation de notre planète autour de notre soleil est plutôt lente. Mais, que si ce que j’avance est vérifiable, cela impliquerait que les étoiles que nous voyons toutes les nuits, et qui se trouveraient d’après nos scientifiques à des années lumières de notre terre, il faut se dire que ces étoiles, sont non seulement très loin, mais elles se déplaceraient à une vitesse presque incalculable. (Comme se déplacent les personnes qui se trouvent en bout de "corde", lorsque dans des jeux ou des danses, la personne qui se trouve au milieu ne bouge presque pas. Alors que celle des extrémités doit courir en fonction de la longueur ou du nombre de personnes qui composent ce mouvement. Toujours pourtant, si nos "savants" sont capables de déterminer la distance qui existe entre ces étoiles qui feraient partie de notre galaxie et nous même, ils peuvent déterminer la vitesse de déplacement de ces étoiles à l’extrême limite de notre univers. Mais étant inclus dans ce mouvement je pense qu’il ne doit pas être possible d’en déterminer la vitesse de déplacement.

De tout ce que j’ai pu entendre de la part de nos "astro-scientifiques" de "haut" niveau, il y a trop de chose qui me chiffonne. Cela me fait revenir sur notre espace environnemental pour essayer de bien comprendre, et de bien en situer la configuration. Je me demande comment expliquer les affirmations de nos "astro-spécialistes" de la question qui nous disent que nous sommes dans un système solaire. Que ce système solaire serait inclus dans une galaxie ? Que cette galaxie serait composée de milliards de systèmes solaires ? Nos spécialistes nous disent qu’ils connaissent l’emplacement que nous occuperions dans cette galaxie. Ils nous précisent aussi que nous serions peut-être situés au centre de notre galaxie ? Alors comment puis-je admettre, que de la position que nous occupons dans cette galaxie, nous puissions connaître toute la "surface" de cette galaxie, alors que nous en apercevons toujours la même partie. Et j’en reviens à mon exemple de la corde, dont je tiendrais le bout, et vous seriez, tous lecteurs accrochés à l’autre bout. De ma place fixe, vous tourneriez à des vitesses proportionnelles en fonction de la distance que vous occuperiez, à partir du bout que je suis sensé tenir. Cet exemple pourrait faire comprendre que notre soleil serait le bout de la corde imaginaire dont je construis mon exemple. Il serait le centre de la galaxie, et c’est lui qui "ferait" tourner tout le reste. Je ne peux admettre cette définition dans laquelle il y a trop de suppositions.

Retour....