Encore les médias

Je continue ma litanie de réactions contre certains faits de notre société qui font notre vie de tous les jours, et dont je ne peux les accepter sans "rechigner". Je suis comme le ferait un animal, (un cheval) qui ne peut tirer la charge sur laquelle il serait attelé parce que trop lourde. À l’instant ou nous vivons, il faut voir que le commerce de l’argent qui est plus important que le commerce tout cours, fait (comme je l'ai dit) que ces situations ressemblent à des pyramides inversées ! À l’instant ou des manifestations comme le "mondial" sont plus importantes que la misère dans nos sociétés. À l’instant de ce "mondial" où 30 seconde de publicité sur nos chaînes de télévision sont payée entre cinq cent mille francs, et un million cinq cent mille francs. À l’instant ou depuis des dizaines d'années des centaines de revues, de journaux de tous bords dénoncent les anomalies de nos sociétés, on est surpris de constater que les choses ne changent pas en mieux, bien au contraire. Elles se dégradent de plus en plus et toujours pour les mêmes catégories de notre espèce. Pourquoi les choses ne changent-elles pas ? Parce que toutes ces revues, et journaux vivent de ces anomalies de nos sociétés. Les mauvaises nouvelles sont le "pain" quotidien de ces professionnels des anomalies de nos sociétés, dont seuls, ceux qui ne sont pas touchés par ces difficultés peuvent en prendre connaissance sans avoir à en comprendre le vrai sens. Quant à ceux par contre qui sont les victimes de ces anomalies, et qui en comprennent le sens, ils ne peuvent en changer le cours, compte tenu, que lorsqu’ils veulent se faire entendre tout est fait pour ne pas les entendre. Si cela n'était pas comme je le dis, pourquoi ces situations désastreuses pour ceux qui les vivent ne changent-elles pas ? Se sont des situations que je préférerais ne pas constater ou du moins oublier, pourtant cela est difficile, compte tenu de toutes ces attaques perpétuelles dont nous sommes les victimes. À chaque instant de la journée ce ne sont que les mêmes images qui défilent sur votre téléviseur. Ce ne sont que les mêmes paroles que l’on entend sur les chaînes de radio. Ce sont toujours les mêmes slogans publicitaires, les mêmes spots publicitaires. Comment les responsables de telles répétitions ne se rendent pas compte de leurs imbécillités devant de telles répétitions ? Comment les masses peuvent-elles être aussi idiotes d’accepter de telles pratiques, et de regarder toujours les mêmes choses ? Devant toutes ces imbécillités, j’ai l’impression comme je l’ai déjà dit, dans certaines lettres que j’ai envoyées à ces responsables d'être complètement taré. Comment les masses peuvent-elles être aussi insensibles, aussi incapables de se rendre compte qu’elles regardent les mêmes images tous les jours ? Même plusieurs fois par jour, répétées aux mêmes heures, je dirais aux mêmes instants de la journée. Quand j’entends dire ou quand je lis que telle émission a été regardée par (disons un chiffre fréquent) dix millions de téléspectateurs, je pense que c’est un mensonge. Quand je lis le programme des films, et des téléfilms à voir, ce qui me frappe en premier ce sont les deux mots qui disent, déjà diffusé. Ce sont les deux mots les plus fréquents à lire dans une revue de programme de télévision, quelle que soit la revue.

Le drame premier de la télévision, et de la radio ce sont les répétitions. On nous montre, et on nous remontre toujours les mêmes choses que l’on nomme sagas. Nous entendons toujours les mêmes chansons sur nos radios. Il passe, et il repasse toujours les mêmes publicités. Quand j’interroge mes relations sur les publicités, tous répondent que c’est désagréable, mais personne ne fait rien pour tenter d’effacer ce fléau de notre télévision ou de notre radio. Si les responsables de ces pratiques lisent un jour ces lignes, ils se diront nous avons gagné, nous avons atteint l’objectif que nous nous étions fixé. Car même ceux qui ne veulent pas regarder nos publicités, ils les regardent quand même. Eh bien ils se trompent !

S'il est vrai que je suis au courant de ces répétitions ce n’est pas parce que je les regarde pour les apprécier, bien au contraire, car je ne regarde pratiquement jamais une émission ou un film sans les avoir au préalables enregistrées. Ce qui me permet d’accélérer le défilement des images au moment des publicités. Mais par contre si je regarde des informations ou quelques émissions dans lesquelles il y a de la publicité, et bien pendant ces instants je coupe le son, et à cet instant sans le son, je me demande comment des être humains peuvent se ridiculiser à ce point pour participer à la réalisation de telles âneries. J’essaie de faire comprendre à mes petits enfants de ne pas regarder ces âneries publicitaires, mais j’ai fort à faire, car ils sont très friands de ces images. Les responsables de ces âneries le savent bien. Ce qui me fait "me dire", que je suis une goutte de bon sens dans cet incommensurable océan de bêtise.

Alors ma réaction principale est que j’utilise de moins en moins ma radio et mon téléviseur pour me tenir au courant de tout ce qui pourrait être l’élément bienfaiteur du déroulement de nos vies. À cause de cette publicité j’interdis souvent à mes petits enfants de regarder la télévision, je les préfère s’amuser dehors, je les sens plus heureux que d'être obligés de regarder encore une fois je le répète, ces âneries. Quant à moi je fais en sorte de ne jamais regarder un "spot" publicitaire. Je ne regarde pratiquement jamais un match de foot, et j’éteins ma radio quand j’entends pour la "nième" fois la même chanson chantée par le même chanteur ou la même chanteuse. Il y a de jolies chansons, mais quand on entend comme moi depuis des dizaines d'années des chansons insipides, et bien, on éteint sa radio ou son téléviseur.

En ce qui concerne la radio, il y a très longtemps que je ne me "raccorde" plus sur R.T.L ou Europ1. Les quelques paroles intéressantes que je pourrais apprécier, sont trop souvent interrompues par des messages publicitaires. Ainsi, j’avais pris l’habitude de rester sur Radio France qui ne diffusait pas de publicité. Mais depuis un certain temps des messages publicitaires insipides sont répétés un peu trop souvent, alors je ne peux plus les supporter. (Je pense que je suis peut-être taré, mais je préfère être considéré comme un taré, que de m’obliger à supporter de telles âneries). Je sais que par cette pratique je me prive de nouvelles qui pourraient être intéressantes pour mon savoir. Mais de deux mots il faut choisir le moindre et c’est ce que je fais. Alfred de Musset a dit ; "Qu’importe le flacon pourvu qu’on ait l’ivresse". Mais cette ivresse répétitive est trop toxique, alors je ne veux pas de cette ivresse toxique.

Retour....