Encore la bêtise humaine

Je peux citer un autre exemple de cette bêtise humaine, et faire une comparaison qui va prêter à sourire, pourtant j'ai l'occasion de le vérifier souvent, c'est le comportement de l'être humain au volant de sa voiture ou de son camion pour la plupart des conducteurs. Je vais comparer ce comportement avec le piaf ou si vous voulez le moineau. Peu de conducteurs regardent comme je le fais le comportement de ces piafs sur la route, et c'est bien dommage. Si ce conducteur regardait ce petit oiseau, il comprendrait qu'un piaf est capable de calculer dans sa petite cervelle la vitesse de la voiture qui arrive, le coté ou roule la voiture par rapport à lui même, donc le moment ou il doit prendre son envole pour ne pas se faire tuer. Je parle bien sûr du piaf qui a déjà quelques mois díexistence, contrairement à la bêtise humaine L'incommensurable bêtise humaine, qui bien souvent après des dizaines d'années de vie se comporte encore comme depuis sa naissance. Cela se voit surtout depuis quelle roule sur ses "quatre" roue et plus. La majorité de notre espèce humaine n'est toujours pas capable de comprendre le danger que représente le fait de conduire un véhicule. Chaque jour qui se fait, des gens meurent, des gens sont blessés, dont beaucoup le sont à vie. Ce qui me fait dire que l'être humain, proportionnellement, a moins de cervelle qu'un piaf. Je suis sûr que la majorité de l'espèce humaine ne peut me contredire, si elle se regarde, si elle est capable, franchement et honnêtement de comprendre son comportement au volant de sa voiture.

J'ajoute que la responsabilité de tous ces malheurs de la route, les premiers responsables en sont les auto-écoles et les pouvoirs publics. Les auto-écoles sont responsables par leurs incapacités à éduquer les candidats au permis de "circuler" et non au permis de "conduire". Conduire n'est pas difficile mais circuler est une autre paire de manche. Conduire, la majorité des individus normalement constitués peuvent le faire sans difficulté aucune. Il suffit de regarder comment ils se comportent sur les manèges de voitures. Mais circuler il faut de la pratique, beaucoup de pratique.

J'ai écrit une lettre au ministère des transports il y a 30 ans environ, pour lui souffler l'idée de recruter les moniteurs auto-écoles dans les anciens chauffeurs poids lourds. À cette époque j'étais en période de recyclage et je suis sûr que j'aurais fait un bon moniteur auto-école. Bien sûr, mon idée n'a pas été retenue. On ne m'en a pas donné la raison mais la raison je la connais. Un chauffeur poids lourds n'est pas assez "instruit" ? Pas "instruit" comme ces jeunes à qui l'on confie la responsabilité d'enseigner la conduite de véhicules, dont ils n'ont pas eux-mêmes les capacités pratiques, pour être capable d'enseigner la conduite dangereuse d'un véhicule sur nos routes. Savoir répondre à des questions qui n'ont aucune utilité dans la pratique, n'est pas la solution. Savoir résoudre une équation au 2ème degré n'est pas nécessaire pour apprendre à circuler dans les mouvances de la circulation routière. Seule une grande pratique en prouve le résultat. Ce ne sont pas les "vieux" chauffeurs qui se "crachent" sur nos routes. Ce sont la plupart du temps des jeunes qui n'ont pas la pratique. Je n'invente rien la vérité en est malheureusement visible tous les jours.

Notre société actuelle qui a tant de mal à résoudre les problèmes des accidents de la route et du recyclage des chauffeurs routiers, ferait bien de penser que ces chauffeurs sont une mine d'or en ce qui concerne la sécurité sur nos routes. Je dis bien les vieux chauffeurs routiers, ceux qui ont au moins 15 années de métier, et des millions de kilomètres dans les bras. Ils seraient j'en suis sûr très heureux de pouvoir utiliser leurs capacités à sauver des vies humaines, et mettre dans la tête de ces conducteurs du "dimanche" un peu plus de "plomb" dans cette cervelle si vide de bon sens. Surtout dès que ces humains ont un volant dans les mains. Cela serait aussi plus utile que ces messages de la sécurité routière qui sont diffusés de temps en temps sur nos antennes de radio et de télévision, et dont certains de ces messages pour ne pas dire tous, sont d'une nullité à faire pâlir un vieux routier comme moi. Ces messages sont le plus souvent trop longs et incompréhensibles. Il est vrai que pour mettre au point ces messages, il faut au moins avoir un bac plus trois ou quatre, et je suis peut-être modeste. Ces gens qui créent ces messages et qui les diffusent sont de la même mouvance que tous ces chauffeurs du "dimanche". Ils n'ont pas suffisamment de pratique pour avoir les "qualités" d'un vrai routier.

Être au volant d'un véhicule qui roule ce n'est pas être dans son salon ! Il faut être en attention permanente. Il faut non seulement regarder mais aussi penser. Si votre regard ne peut voir, votre pensée doit être vigilante. Autrement dit, voici une devise qui devrait être en permanence visible partout sur nos routes et dans notre tête.

"L'accident, y penser, c'est l'éviter".

Penser à l'accident implique d'y penser de deux façons. Non seulement penser qu'il peut arriver à tous moments, mais aussi penser de quelle façon il peut arriver. Pour penser de cette façon il faut avoir une très grande pratique du métier, n'en déplaisent à ceux qui s'imaginent tout savoir. D'ailleurs j'en veux pour preuve, que si les conducteurs de voiture savaient vraiment circuler il y aurait moins de morts et de blessés chaque année sur nos routes. Je pourrais en dire plus sur ces anomalies de fonctionnement de nos sociétés, mais à quoi cela servirait-il, plus que ce que nous entendons tous les jours sur nos radios et nos télévisions ou que nous pouvons lire dans les milliers d'écrits qui envahissent tous les jours les rayons de nos libraires et autres distributeurs.

Ne dit-on pas souvent qu'il faut rendre à César ce qui appartient à César. Alors choisissons pour rendre une profession si je puis dire "sécurisante", comme la circulation sur nos routes, ceux qui sont issus de cette profession, et non des "incapables" ! Qui ne font que dévaloriser et massacrer au sens propre du terme une situation "moderne". De l'utilisation de la voiture ou du camion de transport routier à notre époque. Quand je dis "incapable" je parle bien sûr de ceux qui sont dans l'incapacité d'apprendre correctement à l'autre, la conduite d'un véhicule automobile dans la mouvance de la circulation. Seul pour cette mission, est capable d'enseigner un individu qui a le métier dans le "sang". Ce spécialiste de la conduite d'un véhicule, qui a pratiqué cette profession le plus dans sa vie comme n'importe quelle profession, est le seul capable d'enseigner pour sauver de la mort, ces milliers de gens qui se tuent sur nos routes. Je vois mal demander à un non professionnel de construire un building. On refuse bien à un non politique de faire de la politique. Pourquoi accepter un non professionnel de la route d'enseigner la conduite d'un véhicule automobile. Je sais de quoi je parle quand je vois les imprudences qui sont commises par tant de conducteurs de véhicules sur nos routes. Combien de vies sur nos routes seraient sauvées si les auto-écoles étaient confiées à de vrais professionnels ? Je voudrais ajouter une des réflexions que je me fais souvent. Je pense qui si tous les automobilistes se comportaient seulement comme moi au volant, je suis sûr que tout de suite, il y aurait cinq mille morts de moins sur nos routes de France la première année. Cette réflexion va paraître pour certains très prétentieuse, pourtant je líaffirme, et je suis sûr que je ne suis pas le seul ? Mais qui relèvera cette vérité ?

Retour....