Deux exemples

Je vais présenter deux exemples que j’ai entendus au cours de ces derniers temps. Pour le premier, il s’agit de M. Juppé et tout ce qu’on a dit sur son dos. On a dit sur son dos tellement de mots qui pouvaient l’abattre, qu'il faut se dire, que pour entendre et supporter tout ce qu'il a entendu, il faut avoir un certain courage pour ne pas s'écrouler. On aurait pu mettre en parallèle le coté, qui devrait être soutenu plus que tout ce que l’on a pu dire sur le sujet, je parle bien sûr de "son" logement. On aurait pu dire... Voilà un homme qui a une responsabilité importante, et qui a la gestion de deux mille logements de la ville de Paris. Voilà un homme responsable qui juge que l’exploitation par la location de logements sur Paris et en France, tellement exagérée par les organismes immobiliers, qu’il s’est dit : je vais faire quelque chose pour inciter ces exploiteurs à baisser le prix du mètre carré des locations. Pour ce faire, il a fait en sorte de louer ces logements à un prix plus bas que les prix prohibitifs pratiqués par tous ces requins de l’immobilier. Bien sûr, il avait loué un de ces logements à son fils ; mais qui à sa place n’en aurait pas fait autant. (Seul les tenants de la mauvaise foi maintiendront qu’ils ne l’auraient pas fait).

Alors, qu’ont retenu ces requins de la politique ? Ils n’ont retenu que ce qu’ils ont jugé qui serait utile dans leur désir de faire tomber un homme qui leur barrait la route. Ils ont fait comme ils ont toujours fait ; ils ont utilisé ce coté mesquin, ce coté virulent, ce coté empoisonneurs pour essayer d’abattre l’adversaire qui les empêches de gagner. Je n'invente rien, les faits sont là...

Il faut se rappeler que M. Juppé avait donné cette explication en juillet à la télévision, mais bien sûr les politiciens, ainsi que les moyens médiatiques ne l’ont pas entendu. Je penserais plutôt qu’il n’y a pas plus sourd que celui qui ne veut pas entendre. Il faut avant tout gagner ! Gagner est un mot à la mode utilisé par tous ces requins de la politique, qui ne peuvent que gagner en faisant des croche-pieds à leurs adversaires. Adversaire, qui a comme qualité d’essayer un jeu honnête. Il en souffre cet adversaire ! Il en soufre moralement et cela plaît. Cela plaît beaucoup à ces requins de la politique. Ils mordent, ils déchiquettent autant qu’ils le peuvent ; ils en sont fiers. Ces requins de la politique, aiment lire la souffrance morale sur le visage des autres surtout quand ils sont dans la place qu’ils convoitent. Les médias qui les appuient dans leurs méthodes sont tout aussi responsables ; ils les invitent le plus souvent possible à des émissions pour qu’ils répètent leurs paroles de destructions morales.

Comme Martine Aubry (deuxième exemple) qui disait récemment de M. Juppé, qu’il avait dit que les R.M-miste et les S.D.F. étaient des tricheurs, alors que M. Juppé a dit, que dans les (R.M-miste) et les S.D.F il y avait des tricheurs et cela est vrai. Il y a des tricheurs dans tous les domaines malheureusement et surtout dans la politique. Puisque des politiciens comme certains que nous avons en ce moment, déforment volontairement les paroles des autres. Je n’invente rien, les faits sont là... il est facile de prouver ce que je dis.

Retour....