Démocratie ?

J’ai écrit beaucoup de lettres, dans beaucoup de directions, et pour différentes raisons. Je trouve que la société dans laquelle nous vivons, n’est pas vivable, pour trop de gens qui vivent dans la misère. J'ai pensé à tors que je pourrais y changer quelques choses. Hélas ! Je me suis aperçu, au fur et à mesure de l’envoi de mes lettres, qu’il ne suffit pas d’écrire pour obtenir de la part des destinataires un semblant de compréhension. Je me dis aussi, que mes lettres n’étaient pas et ne sont toujours pas des modèles que tous ces destinataires ont l’habitude de recevoir. Et pour cause ! Ce sont toujours les mêmes gens qui sont écoutés. Les mêmes gens qui ont le droit, la possibilité et les moyens de pouvoir diffuser leurs idées. D'imposer leurs critiques, qui ne satisfont qu'eux-mêmes. Ils sont plus instruits ! Ils ont plus la possibilité de se faire mieux comprendre, je le sais. Mais est-ce vraiment la raison pour ne pas écouter les autres. Les autres pour moi c’est tout le monde, et tout le monde mérite d’être entendu. Cela devrait être la règle fondamentale de notre démocratie. Je pense que ce mot de démocratie est un terme galvaudé. C'est un mot utilisé à chaque instant dans les paroles de ceux qu'on entend tous les jours. il ont des opinions contradictoires, pourtant ils parlent tous de démocraties. Alors comment peuvent-ils avoir des opinions différentes, et utiliser les mêmes mots pour définir ces différentes opinions. Il y a forcement dans ces différentes utilisations de certains mots des gens qui mentent. Si cela n'était pas comme je le présente, la civilisation dans laquelle nous vivons ne serait pas ce quelle est. Qui peut dire le contraire ?

Je trouve très dommage que je sois très peu suivi et compris, puisque de toutes les lettres que j’ai pu écrire, les réponses se comptent surtout plus par leur absence que par leurs nombres. Ce qui me fait penser que, de deux choses l’une ! Ou mes lettres sont idiotes et c’est possible ? Ou ce que je dis, touche vraiment les destinataires et ils préfèrent ne pas répondre ? C’est aussi possible. Les réponses que j’ai quand même reçues, étaient le plus souvent à coté de la question posée. Ce coté lâche des réponses, n’est pas mieux pour moi, mais je ne me rebute pas pour autant. La lecture de ces pages, si toutefois je suis un jour lu par quelqu’un, prouvera que je suis allé plutôt poliment jusqu’au bout de mes critiques, pour m'adresser envers tous ceux qui s’imaginent que leurs exploitations pourront continuer jusqu’à la fin des temps. La fin de toutes les guerres qui ont été faites jusqu’à maintenant, prouvent que nul ne peut se vanter de pouvoir dominer quoi, et qui que ce soit, aussi longtemps qu’il le voudrait. Les révolutions sont aussi là pour le rappeler.

Au début de mes envois de lettre, ces lettres étaient plutôt courtes, c’était des lettres de demande d’emplois et mes possibilités d’écriture étaient très réduites, je rentrais d’Indochine, j’avais vingt-cinq ans. Par la suite, je me suis "enhardi" et j’ai écrit à pas mal d’organismes pour leur donner ma façon d’analyser leurs actions qui n’ont pas toujours été, loin s’en faut, à la hauteur des résultats qui auraient dû améliorer le sort de tous ceux qui sont les oubliés de nos " démocratie ". Ensuite la première longue lettre de vingt-cinq pages que j’ai envoyé, c'était à Monsieur Quillés, Ministre des transports en 1985. Je fais beaucoup de reproche à tous ces tenant des pouvoirs qui se prennent pour des lumières, alors que pour la plupart de ces personnes les plombs ont sauté depuis longtemps, et ce n’est pas une image. Si cela n’était pas, la situation de nos sociétés ne serait pas ce quelle est. Si les idées que j’ai données dans ces lettres, étaient appliquées, nous n'en serions pas aux saturations auxquelles nous sommes confrontés en ce moment, et elles sont nombreuses. Si elles sont toujours aussi nombreuses, (ces saturations) c'est parce que le nombre d'individus qui ont le droit de dire leur mot est trop restreint. On ne tient compte que de l'avis de l'écume de la société, contrairement à un bon pot-au-feu, dont le meilleur est sous l'écume. Mais il faut se faire une raison. Les responsables d’une "direction" quelles qu’ils soient, n’iront jamais dans cette "direction", même s’ils savent quelle est bonne. Et ce, uniquement parce qu’il ne serait pas bon pour leur orgueil d’utiliser l’idée d’une autre personne. Ce manque d’humilité n’est pas assez développé dans la mentalité humaine.

Dans cette lettre, je parlais des transports qui ne se sont pas améliorés depuis trop longtemps, bien au contraire. Je parlais de la pollution par les voitures qui s'aggrave de plus en plus. Je voulais répondre à l'époque sur la génération Mitterrand qui était à la mode. Vous pourrez lire ces lettres dans le menu de gauche de la première page de mes réflexions.

Retour....