D’autres sujets

Il est d’autres sujets sur lesquelles je souhaite m’exprimer, pour comparer certaines affirmations faite par des "spécialistes", qui entraînent l'espèce humaine dans des directions un peu trop farfelues. Je souhaiterais surtout que nos scientifiques, qui étudient notre environnement spatial, sortent des sentiers un peu trop bordés d’affirmations mensongères. Ces découvertes de nos spécialistes qui semblent avoir une valeur réelle, autre que l’enseignement mensonger des religions, me seraient très utile pour mieux situer le milieu dans lequel je suis vivant.

Il apparaîtrait que notre univers aurait été créé à la suite d'une explosion qu'on nommerait le big-bang. Je suis sûr que c'est encore une erreur de la part de certaines personnes, qui plongent dans les milliards d’années lumières, et qui se donnent l'impression d'avoir tout compris. Je peux prédire que dans quelques décennies voir quelques années, on nous dira que cela est faux, c’est encore une théorie qui tombera à l'eau. Je ne critique pas ces chercheurs de théories, au contraire, je leur donne raison. Car c’est grâce à leur recherches pour la compréhension de ce qui nous entoure, que d’autres et moi-même pouvons nous faire une opinion sur leurs découvertes, et leurs analyses, mais avec peut-être beaucoup plus de mesures.

En ce qui concerne les trous noirs, que nos chercheurs semblent distinguer, en fouillant les profondeurs de notre univers, ils ne se rendent peut-être pas compte, que ce qu'ils ne voient pas au-delà de ce qu'ils voudraient voir, c'est seulement le résultat que nous ne pouvons pas voir plus loin que notre vue nous le permet, même avec des moyens très sophistiqués, tout a une limite. Mais l'imagination, c'est toujours l'imagination qui domine l'homme, dés que se présente une limite dans ce qu'il voudrait savoir, il imagine toujours ce qui l'avantage en fonction de son "conditionnement", de son raisonnement, tout comme moi-même. Il invente tout, il analyse tout, et souvent n'importe quoi. D’où l’impossibilité d’approcher de près la vérité.

Je voudrais tenter d’expliquer un fait qui est réel, afin de prouver que notre vue nous joue des tours, et j’ai souvent l’occasion d’en observer la confirmation. Cette constatation je la perçois surtout à mon réveil quand la lumière de ma lampe de chevet est allumée. C’est un petit passe-temps que je répète fréquemment, avant de "sauter" de mon lit. Voici l’exemple...

Si nous regardons un point de couleur, opposé au fond dans lequel ce point est situé, comme un point noir fixé sur un fond blanc. Si nous fixons notre regard sur ce point noir, situé sur un fond blanc, ce petit point noir étant fixe, notre impression sera qu’en le "fixant" nous avons l’impression qu’il bouge. Nous avons l’impression qu’il avance, qu’il tourne sur lui-même, qu’il va, et qu’il revient. Pour ce faire il faut que cette observation, soit à la limite de notre possibilité visuelle d’observation. C’est-à-dire que ce petit point noir soit à peine visible sur cette surface blanche, il suffit pour ne pas se fatiguer à regarder, de faire cette expérience allongé dans son lit. Si le plafond de la chambre est blanc, alors l'expérience est très facile à faire, il suffit d’imprimer comme je le dis un petit point noir sur ce fond blanc, qui sera dans l’axe verticale de votre regard, quand on est allongé sur le dos, dans son lit. Sur cette surface blanche de votre plafond, cherchez ce petit point noir à peine visible, et contentez-vous de le regarder. Vous constaterez, que ce petit point, qui vous le savez est fixe, et bien que ce petit point bouge sans arrêt.

Ce que je veux démontrer par cette expérience toute simple, c’est faire admettre que lorsque nous regardons notre ciel étoilé en le fixant, nous voyons les points lumineux de notre ciel qui semblent en mouvement permanent. Cet effet doit encore être plus important pour un oeil qui regarde au travers d’une lunette, c’est ce qui me fait réfléchir sur certains mouvements de notre espace sidéral observé par nos scientifiques. Nos scientifiques regardent notre espace sidéral avec des moyens qui les font plonger jusqu’à des milliards d’années lumières, ce qui représente une distance presque incommensurable, un peu comme la bêtise humaine.

Donc le fait d’observer à ces distances, les points lumineux sur un fond noir ou du moins sombre, est, il est vrai, l’identique de l’observation de mon petit point noir sur un fond blanc. Je pense que cette inversion de "teinte" ne doit pas en influencer le résultat. Mais le fait que cette observation se fait toujours à la limite du regard de l’observateur, ce "détail" peut très bien faire croire à nos scientifiques que des parties de notre univers sidéral bouge beaucoup plus qu’ils ne se l’imaginent, et beaucoup plus que la réalité. D’où peut-être l’impression que notre univers est en expansion, alors qu’il est simplement lui-même.

Les univers qui composent notre espace sidéral sont il est vrai certainement en mouvement, mais pas au point d’imaginer que ces masses "vivantes" de notre espace sidéral sont issues d’un ensemble qui aurait explosé, et qui donnerait sa configuration actuelle. De toute façon, il est facile d’imaginer, que si ce big bang avait vraiment eu lieu comme l’affirment nos spécialistes, à une époque lointaine, je pense que l’espace vide qui résulterait de cette explosion serait incommensurable. Je voudrais répéter, et affirmer que ce que disent certains de nos scientifiques n’est pas toujours crédible, et que de ce fait, tout ce qui a été avancé jusqu’à nos jours par nos spécialistes de la question est susceptible, et sera encore susceptible de révisions importantes.

Retour....