Comprendre et se comprendre ?

Difficile de comprendre si on n'est pas compris. Ce que j'ai voulu faire comprendre à tous ces responsables de ces anomalies, sont qu'ils n'avaient pas raison sur toutes leurs actions. Vous ne pourrez pas juger comme eux, ce que je veux mettre en évidence, et ce qui me semble une vérité ! Ce ne sont, il est vrai que mes vérités ! Ce ne sont que les réflexions d'un petit, qui écrit les choses, comme il les voit et comme il les ressent. Mais les petits ne sont-ils pas le ciment sur lequel s'appuient ceux que l'on entend le plus. Il est bien dommage que des gens comme moi ne soient pas écoutés plus souvent, car cela ferait peut-être changer la nature des choses qui sont ce quelles sont. On entend toujours les mêmes, nous raconter les mêmes choses, qui ne font rien avancer ou du moins ne font avancer que les mêmes toujours plus vite que les autres.

Si ce que j'écris est difficile à lire pour des gens qui ont appris à lire et à écrire, il faut penser aussi, que quand je lis, j'ai autant de difficultés à lire ce qui est écrit par des "instruits". Les ponctuations que je découvre quand je lis, m'obligent à des retours en arrière pour bien comprendre ce que je viens de lire. Voici donc pour ceux qui me liront, et qui ont eu dans leur vie la possibilité d’apprendre à lire comme devrait l’apprendre tout être humain, je leur fais savoir que je me réconforte en pensant, que s’ils ont des difficultés à me lire, que je prends cela pour un juste retour normal des choses.

Faire admettre la compréhension entre ce que j’ai de difficulté à lire ce que je lis, en fonction de l’enseignement que je n’ai pas reçu et de la difficulté qu’ils ont à me lire en fonction de l’enseignement qu’ils ont reçu, nous pourrions tous admettre que nous sommes à égalité. N’ayant pas eu dans ma vie le temps de lire beaucoup, il ne faudrait pas continuer à s'imaginer que seul ceux qui ont "l’occasion" d’apprendre, sont le centre de l'humanité, car nous pouvons tous apprendre, il nous suffit d'être là au bon moment, et ne pas rencontrer d'obstacle comme ceux que j'ai rencontrés dans ma vie. J’ai fait des efforts considérables pour arriver à exprimer mes sentiments avec des mots et des phrases plutôt simples, ces phrases et ces mots qui sont loin il est vrai, de ce que ces instruits ont l’habitude de lire. Ainsi, ils comprendront peut-être mieux mes difficultés de comprendre des mots et des phrases qu’ils emploient, venant de leurs écritures que je ne comprends pas toujours.

En cet instant j’ai 65 ans, et je lis surtout depuis deux ans. J’ai lu la révolution française, et aussi la vie de certains personnages qui ont été les témoins actifs de cette révolution. Comme Madame de Staël, Madame Dubary, Charlotte Corday, Marie Antoinette, qui ne méritait pas ce qu'on lui a fait subir. J'ai honte pour ceux qui en sont arrivés à ces extrêmes. J'ai lu aussi Louis XVIII et quelques autres, jusqu’à 1830. Ensuite je suis "redescendu" à Hugues Capet. Je voulais savoir pourquoi on a jugé et guillotiné Marie Antoinette sous le nom de veuve Capet. Je suis "remonté" ou je suis actuellement à lire Louis XIV. J’ai appris en lisant tous ces livres ce dont je parle dans d'autres pages, concernant le comportement de l'église en particulier, et des exploitations des riches sur les pauvres. Ces pauvres qui se sont souvent révoltés pour se terminer par des massacres atroces, provoqués par les armes des représentant des lois du moment. Ces profiteurs qui ne pouvaient admettre que les pauvres réclamaient du pain, alors que ces profiteurs se couvraient de richesses. Je ne vais pas raconter l’histoire du monde ni l’histoire de la France, mais nous pouvons voir un certain parallèle avec notre époque.

La richesse des rois était, qu’ils faisaient beaucoup la fête, ils se couvraient avec des vêtements recouverts d’or et de diamants, achetés avec les impôts prélevés sur les masses "pauvres". L'église, de son coté agissait de même. Elle était bien souvent plus riche que les rois, et toujours avec des prélèvements de toutes sortes de façons sur les masses "pauvres". Si nous regardons notre société actuelle les choses n’ont pas beaucoup changé. Il y a toujours les pauvres, et il y a toujours les riches qui s’enrichissent sur le dos des pauvres. Le plus important à mon avis, j’en ai déjà parlé, ce sont les marchés financiers qui ont remplacé les marchés "tout cours", c'est-à-dire les marchés de la croissance, et de la consommation des pauvres. Les "pauvres" ne consomment plus ou juste le nécessaire, contrairement à ce qui est dit. Les magasins sont pleins à craquer, les publicités envahissent nos instants de détentes, nos regards et nos lectures. Ce sont des incitations de toutes sortes, chacun y va de son mensonge, pour nous dire, mon produit est meilleur que le produit (X).

Ce que l’on oublie dans ce genre de compétitions, c’est que les consommateurs quelle qu’ils soient ne mangeront pas 2 ou 3 yaourts à la fin de leurs repas pour faire plaisir à tous ces charlatans ou ne doubleront pas la dose de lessive dans leur machine à laver. N’auront pas chez eux le double ou le triple de quoi que se soit pour faire plaisir à tous ces "crieurs". On ne se rend pas compte que lorsque des moyens de propagandes pour un produit "qui finalement bien souvent n’est pas meilleur que les autres", soit crié pour être vendu à une telle échelle et que c’est forcement aux dépends de ceux qui ne peuvent pas faire de publicité. On s'étonne ensuite de la disparition des petits commerces qui vendent moins, donc obligés de vendre plus chers pour s’en "sortir" (c'est un mot à la mode en ce moment), et c’est la spirale qui redémarre. Vendant moins ils ont moins de personnels, donc plus de chômeurs, plus d’exclus, plus de pauvres dans nos sociétés. Je n’invente rien les faits sont là !

Il est souvent dit, "il n’y a que la vérité qui blesse" je pense que celui qui a dit de telles choses ne connaissait pas la mentalité humaine. Trop de gens ne sont jamais blessés par la vérité, bien au contraire cette vérité les amuse. J’en ai pour preuve toutes les lettres que j’ai envoyées à certains destinataires, et qui n’ont jamais été blessés. Cela se voyait soit dans leurs brèves réponses ou dans l’absence de leurs réponses. Pourtant que ne leur ai-je pas dit comme vérité.

Retour....