Céréales et produits céréaliers groupe B

Aliment, portions :

Toutes les céréales recommandés :

Si vous êtes d'origine européenne vous ne devriez pas en consommer plus de une tasse de 250ml (produits secs) 2 à 4 fois par semaine.

Si vous êtes d'origine africaine, vous ne devriez pas en consommer plus de une tasse de 250ml (produits secs) 2 ou 3 fois par semaine.

Si vous êtes d'origine asiatique, vous ne devriez pas en consommer plus de une tasse de 250 ml (produits secs) 2 à 4 fois par semaine.

Pain :

Si vous êtes d'origine européenne vous ne devriez pas en consommer plus de une tranche 0 à une fois par jour.

Si vous êtes d'origine africaine, vous ne devriez pas en consommer plus de une tranche de 0 à une fois par jour.

Si vous êtes d'origine asiatique, vous ne devriez pas en consommer plus de une tranche de 0 à une fois par jour.

Pâtes, produits secs :

Si vous êtes d'origine européenne vous ne devriez pas en consommer plus de une tasse de 250ml 3 ou 4 fois par semaine.

Si vous êtes d'origine africaine, vous ne devriez pas en consommer plus de une tasse de 250ml 3 ou 4 fois par semaine.

Si vous êtes d'origine asiatique, vous ne devriez pas en consommer plus de une tasse de 250 ml 2 ou 3 fois par semaine.

Autres produits céréaliers, produits secs :

Si vous êtes d'origine européenne vous ne devriez pas en consommer plus de une tasse de 250ml 3 ou 4 fois par semaine.

Si vous êtes d'origine africaine, vous ne devriez pas en consommer plus de une tasse de 250ml 3 ou 4 fois par semaine.

Si vous êtes d'origine asiatique, vous ne devriez pas en consommer plus de une tasse de 250 ml 2 ou 3 fois par semaine.

Même si un organisme du groupe B bien équilibré – c’est-à-dire qui suit bien le régime adapté à son groupe sanguin – peut en théorie absorber sans dommage des aliments à base de blé, sachez que ces derniers sont généralement mal tolérés. Le blé contient en effet une lectine qui adhère aux récepteurs insuliniques des cellules graisseuses, empêchant ceux-ci de remplir leur fonction. Ce mécanisme réduit l’efficacité de l’insuline et empêche celle-ci de stimuler la combustion des graisses.

Les sujets du groupe B doivent aussi éviter le seigle, porteur d’une lectine qui favorise les troubles sanguins et les accidents cardio-vasculaires. On remarque d’ailleurs que le syndrome appelé " St. Antony’s fire ", une maladie vasculaire, atteint avec une fréquence maximale les juifs originaires d’Europe centrale, population majoritairement de groupe B, et qui compte le pain de seigle au nombre de ses aliments traditionnels.

Vous avez les très bénéfiques qui sont :

Épeautre ; farine d’avoine ; Farine de riz ; flocons d’avoine ; Galettes de riz ; millet ; Pain de blé germé ; Riz soufflé ; Son d’avoine ; Son de riz.

Les neutres :

Crème de riz ; farine ; Farine d’épeautre ; Pain sans gluten ; pain de soja ; Pâtes fraîches ; Pâtes de semoules de blé dur ; Quinoa ; riz basmati ; Riz blanc ; riz complet.

Et les à éviter :

Amarante ; Beagles (de blé) ; Blé concassé ; blé kamut (1) ; Boulgour ; Cornflakes ; Couscous ; Crème de blé ; farine de blé dur ; Farine complète ; farine d’orge ; Farine au gluten ; farine de maïs ; Farine de seigle ; germe de blé ; Orge ; Pain complet ; sarrasin ; Pain multicéréales ; Seigle ; Pain de seigle ; pâtes au sarrasin ; Pumpernickel ; Riz sauvage ; Sept céréales ; Son de blé.

(1) Variété de blé cultivée en Égypte depuis l’époque des pharaons. En vente dans les rayons et magasins de produits diététique